Open main menu

Le Code noir (France)

La démarche Ecdotique comporte les étapes suivantes :

  • étude codicologique ;
  • collation des textes de la transmission directe (ceux qui avaient pour but de transmettre le texte étudié) ;
  • simplification par élimination des copies dont on possède l'original ;
  • construction du stemma codicum, arbre généalogique représentant la transmission ;
  • conjectures, étape d'interprétation où intervient la transmission indirecte, par exemple par citation.


Qu'est-ce que le "Code Noir" ?Edit

Manuscrit de l'ordonnance de mars 1685Edit

Edition Saugrain, 1718Edit

Édit du Roi pour la Louisiane, 1724. Edition 1727Edit

Une édition à Saint-Domingue en 1725Edit

Edition Girard, 1735Edit

Déclaration du Roy, Versailles, 15 décembre 1738, Registrée, 17 fevrier 1739Edit

Edition Prault, 1742Edit

Edition Libraires associés 1743Edit

Edition Libraires associés 1744Edit

Edition 1745, sous Louis XVEdit

Edition 1760, sous Louis XVEdit

Edition 1765, sous Louis XVEdit

Le code noir ou Recueil des réglemens rendus jusqu'à présent 1742-1980Edit

Entre 1742 et 1980 a été publié une série d'ouvrages sous le titre de "Le Code noir, ou Recueil des règlemens rendus jusqu'à présent, concernant le gouvernement, l'administration de la justice, la police, la discipline et le commerce des nègres dans les colonies françoises". Ces ouvrages sont des recueils de textes législatifs concernant les colonies françaises où la main d'œuvre est esclave.

Les Société d'histoire de la Guadeloupe (Basse-Terre) & Société d'histoire de la Martinique (Fort-de-France) sont les éditeurs scientifiques de la dernière publication, en 1980.

Déclaration pour la police des Noirs. Registrée en Parlement le 27 août 1777Edit

Le code noir ou Recueil des réglemens rendus jusqu'à présent, 1788Edit

1790 - Société des amis des Noirs, Réflexions sur le code noirEdit

1791 - Décret d'abolition de l'esclavage du 16 octobre 1791 promulgué par l'Assemblée constituante de 1789-1791Edit

Editions au XIXe siècleEdit

Textes abolissant les formes de servitudes sous les monarchies françaisesEdit