Open main menu

Commons:Droit d'auteur par territoire/Liste consolidée pour l'Europe occidentale

This page is a translated version of a page Commons:Copyright rules by territory/Consolidated list Western Europe and the translation is 100% complete. Changes to the translation template, respectively the source language can be submitted through Commons:Copyright rules by territory/Consolidated list Western Europe and have to be approved by a translation administrator.

Other languages:
English • ‎español • ‎français • ‎magyar
VTE Droit d'auteur par territoire
Sous-régions géographiques de l’ONU
Sous-régions géographiques de l’ONU
Afrique
Amérique
Asie
Europe
Océanie
Autres

Cette page donne un aperçu des règles du droit d'auteur dans différents pays d'Europe occidentale, telles que définis dans le géoschème des Nations Unies pour l'Europe. Il est "inclus" à partir de pages individuelles donnant les règles pour chaque territoire. La liste peut être utilisée à des fins de comparaison ou de maintenance.

Contents

Texte inclus de
COM:Germany

Allemagne

Cette page fournit un aperçu des règles de droit d'auteur de l'Allemagne applicables au téléchargement d'œuvres sur Wikimedia Commons. Notez que toute œuvre originaire de l'Allemagne doit appartenir au domaine public ou être disponible sous licence libre en Allemagne et aux États-Unis avant de pouvoir être téléchargée sur Wikimedia Commons. En cas de doute sur le statut de droit d'auteur d'une œuvre de l'Allemagne, reportez-vous aux lois applicables pour plus de précisions.

Lois applicables

L'Allemagne est membre de la Convention de Berne depuis le 5 décembre 1887, de l'Organisation mondiale du commerce depuis le 1er janvier 1995 et du traité WIPO sur le droit d'auteur depuis le 14 mars 2010.

[2]

En 2018, l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), une agence des Nations Unies, avait enregistré la loi du 9 septembre 1965 intitulée Loi sur le droit d'auteur et les droits voisins (loi sur le droit d'auteur, telle qu'amendée par la loi du 1er septembre 2017)' comme étant la principale loi sur le droit d'auteur promulguée par la législature de l'Allemagne.[2] L'OMPI conserve le texte de cette loi dans sa base de données WIPO Lex (en anglais et en allemand).

Résumé

Standard term for works

As of 2019, the standard copyright term for works is life + 70 years.[3]

Anonymous and pseudonymous works

The treatment of anonymous and pseudymous works in copyright law changed in 1995. Since then, for all anonymous or pseudymous works created prior to 1 July 1995 the term of copyright must be calculated as follows: Calculate the point of expiry under the old law (the "old method"), then calculate the point of expiry under the new law (the "current method"). Copyright expires on whichever date comes last.[4]

The old method

Unpublished works: The term of copyright is life + 70 years (the special rules for anonymous and pseudonymous works did not apply to unpublished works).[5]

Published works: It was controversial whether the special rules for anonymous and pseudonymous works applied to all published works or only to so-called released works (verbreitete Werke).[6] ("Released" is a special case of "published".[7] A work is deemed to have been released "when copies of the work have been offered, with the rightholder's consent, to the public or brought to the market after their production in sufficient quantity", s 6(2) UrhG. By way of example, when a new film is shown on television, that makes it a "published" work, but not yet a "released" one.[8] Once DVDs of the film are distributed to stores, it would also be considered "released".)

That aside, the general rules were as follows:[9] If and only if the following three conditions are met:

  1. The work is not a work of fine art and
  2. neither the real name of the author nor a known pseudonym of his were specified in the usual manner on a released/published copy of the work, and
  3. neither the real name of the author nor a known pseudonym of his were specified within the context of a communication to the public of the work

then the copyright term for the work was 70 years after publication unless

  1. the work was published (again) within that period of time and this time the author was designated with their real name or their known pseudonym in the usual manner on a published copy or
  2. the author has become known in some other way within that period of time, or
  3. an application was filed within that period of time to enter the author's name in the register of anonymous and pseudonymous works, or
  4. the work has never been published during the lifetime of the author.

If any of these four conditions is met, then the term of copyright was life + 70 years.[10]

The current method

Unpublished works: If an anonymous or pseudonymous work is still unpublished 70 years after its creation, its copyright expires.[11]

Published works: The copyright term for anonymous and pseudonymous works is 70 years after publication unless

  1. the author reveals their identity within that period of time, or
  2. an application is filed within that period of time to enter the author's name in the register of anonymous and pseudonymous works, or
  3. the pseudonym adopted by the author leaves no doubt as to his identity.

If any of these three cases applies, the term of copyright is life + 70 years instead.[12]

Two miscellaneous comments on these provisions are in order: First, it should be noted that the prevailing view is that the term "work of fine art" in (A) also applies to works of applied art and architectural works;[13] it does not extend to photographic works.[14] This implies that the copyright term of works like oil paintings, sculptures, or buildings created before July 1 1995 is, effectively, always life + 70 years, irrespective of whether they would otherwise qualify as anonymous/pseudonymous. Second, as a practical matter, condition (2) is particularly problematic. It is very much unclear how one would ascertain whether the author "has become known in some other way" during the 70 years following the work's (first) publication. Courts have so far not provided meaningful guidance on the issue. Academic commentators seem to advocate a rather low bar. In the view of Paul Katzenberger, "it was sufficient if a not completely insignificant part of the relevant public became aware of the author's identity[;] by no means was it necessary that [the identity] became general knowledge".[15]

Related rights

  • Publication right: 25 years from first publication or first public performance if copyright has expired before such publication or performance, or if the work has never been protected in Germany and the author died more than 70 years before the first publication.[UrhG/2017 § 71]

Œuvres officielles

Section 5(1) works

Under s 5(1) of the 1965 Act on Copyright and Related Rights (Gesetz über Urheberrecht und verwandte Schutzrechte) (UrhG), acts, statutory instruments, official decrees and official notices, decisions, and official headnotes of decisions do not enjoy copyright protection.

The fuzziest element within this enumeration is perhaps the fourth, "official notices" (amtliche Bekanntmachungen). According to the Federal Court of Justice, such notices need to have "regulatory substance"—the provision is not intended to render unprotected "merely informatory expressions by an administrative body".[16] More broadly, the Court held that s 5(1) as a whole applies only to works that contain a "normative or individual legal stipulation" (normative oder einzelfallbezogene rechtliche Regelung) for only in this case there is a "sufficient public interest in the distribution to justify the exception from copyright with no strings attached".[17] "Decisions" are decisions by federal or state courts or administrative authorities that, as judgements, court orders, official ordinances, etc, contain legally binding stipulations.[18]

An important question for this project is whether s 5(1) is capable of applying to all types of works. A 2012 decision by the Berlin Regional Court (which has garnered some attention by users of this project as the lawsuit was brought against the Wikimedia Foundation) followed some academic and non-judicial commentators in holding that s 5(1) applies exclusively to written works.[19] This view has been criticised by others who have pointed out that official decrees, decisions, etc may very well contain other types of works and that it would defeat the purpose of s 5(1) if these all had to be removed prior to publication.[20]

The prevailing view is that s 5(1) does not apply to currency (notes and coins),[21], postage stamps,[22] or official coats of arms (although the latter thus far have not nearly received as much academic—let alone judicial—attention).[23] Those who deem s 5(1) applicable to non-literary works mostly agree that the provision applies to land-use plans (Bebauungspläne) pursuant to s 8(1) of the Federal Building Code (Baugesetzbuch), which contain legally-binding designations for urban development,[24] as well as to official road signs.[25] Most maps and plans originating in government, however, do not qualify for sub-s 1 but either for sub-2 (see below) or are not considered "official works" at all. According to the Federal Court of Justice, for instance, topographic maps issued by the state offices for survey are not official works under copyright law.[26]

Section 5(2) works

Section 5(2) broadens the scope of application of the German official works provision, stating that "official works published in the official interest for general information purposes" also do not enjoy copyright protection.[27] However, these works—unlike the s 5(1) works described above—may not be modified (prohibition of alteration, s 62) and when using them the source must be acknowledged (s 63). Due to these requirements, there has been some discussion on this project whether official works pursuant to s 5(2) should be accepted.[28] As of 2019, the prevailing view seems to be that we may not rely on s 5(2): The {{PD-GermanGov}} template refers exclusively to s 5(1) as a possible justification.[29] We will therefore forego a more thorough analysis of s 5(2) on this page.

Bandeaux de licence

  • {{PD-GermanGov}} – Pour les images dans le domaine public d'après les lois allemandes ou d'après d'autres lois.
  • {{PD-BW}} – Pour les règles disponibles publiquement (« Zentrale Dienstvorschrift ») des Forces Armées Allemandes (Bundeswehr).
  • {{PD-Coa-Germany}} – Pour les blasons allemands de corporations gouvernés par la loi, qui sont dans le domaine public d'après la loi allemande en tant qu'œuvres officielles (§ 5 Abs. 1 UrhG).
  • {{PD-Flag-Germany}} – Pour les drapeaux allemands de corporations gouvernés par la loi, qui sont dans le domaine public d'après la loi allemande en tant qu'œuvres officielles (§ 5 Abs. 1 UrhG).
  • {{PD-Seal-Germany}} – Pour les sceaux allemands de corporations gouvernées par la loi, qui sont dans le domaine public d'après la loi allemande en tant qu’œuvres officielles (§5 Abs.1 UrhG).
  • {{PD-VzKat}} – Pour les panneaux routiers publiés officiellement.
  • {{PD-German stamps}} – Pour les timbres allemands actuels.
  • {{PD-Deutsche Bundespost stamps}} – Pour les timbres allemands émis par la Deutsche Bundespost.
  • {{PD-GDR stamps}} – Pour les timbres allemands émis par la Deutsche Post der DDR.
  • {{PD-Meyers}} – Pour les images de la 4e édition du Meyers Konversationslexikon (1885-90).
  • {{PD-Germany-§134}} – for literary works, works of music and scientific or technical images published by a legal entity under public law more than 70 years ago that do not mention the author.
  • {{PD-Germany-§134-KUG}} – for photographs and works of art published by a legal entity under public law more than 70 years ago that do not mention the author.

Monnaie

X mark.svg Pas d'accord sauf pour les billets de banque en Deutsche Marks.

  • Aujourd'hui de nombreuses images de pièces de monnaie et de billets de banque allemands sur Commons utilisent {{PD-GermanGov}}, mais ce modèle s'appuie sur le § 5 Abs. 1 UrhG, dont un tribunal allemand de première instance (Landgericht) a récemment déclaré qu'il ne s'appliquait qu'aux textes et pas aux images. Voir les discussions : Commons:Village_pump/Copyright/Archive/2012/07#German_currency.
  • La Deutsche Bundesbank a confirmé que les billets de banque allemands en Deutsche Marks entre 1949 et 2001 sont dans le domaine public, ce qui constitue une autorisation (mais pour une simple utilisation uniquement et pas seulement suffisante) pour Wikipédia.[30]
  • According to the coinciding German copyright literature, works like bank notes, coins and stamps are not to be considered works by the government and are not free.[31] This, however, does not influence above-mentioned permission by Deutsche Bundesbank affecting Deutsche Mark bills (not coins!).

De minimis

Under s 57 of the 1965 Act on Copyright and Related Rights (Gesetz über Urheberrecht und verwandte Schutzrechte) (UrhG), "any reproduction, distribution, and communication in public of a work shall be admissible if the work is to be regarded as an immaterial supplement in comparison to the actual subject matter of the reproduction, distribution, or communication in public."

The first step in assessing whether a particular use of a work is covered by s 57 is to determine the actual (primary) subject matter reproduced, distributed, or communicated to the public.[32] The primary subject matter does not itself need to be protected by copyright.[33] To qualify under s 57, it is insufficient if the work "fades into the background" (im Hintergrund steht) relative to the primary subject matter.[34] Rather, it needs to be "immaterial", which is the case

  1. if the work could be omitted or replaced and the average observer would not notice it (or, in the alternative, the overall impression of the primary subject matter would not be at all affected); or
  2. if, in light of the circumstances of the case, the work bears not even the slightest contextual relationship (inhaltliche Beziehung) to the primary subject matter, but is instead without any significance to it whatsoever due to its randomness and arbitrariness.[35]

It is insufficient if the work is of subordinate significance relative to the primary subject matter: It must not even attain marginal or minor significance (selbst eine geringe oder nebensächliche Bedeutung nicht erreicht). This is "regularly" impossible as soon as

  1. the work noticeably impacts the style or mood conveyed (erkennbar stil- oder stimmungsbildend);
  2. the work underscores a particular effect or statement;
  3. the work serves a dramaturgic purpose; or
  4. the work is characteristic in any other way.[36]

Note that whether the work can be replaced with another work is relevant only to the extent that if an average observer of the primary subject matter would not notice the work in question because it can be arbitrarily replaced or omitted, this supports a finding of immateriality (see above). However, as soon as it has been established that the work is part of the overall concept (say, because it impacts the mood of the picture), it no longer matters if the work could be replaced: Section 57 does not apply.[37]

Examples of de minimis use from court cases:[38]

There are very few court decisions discussing the German de minimis provision and the 2014 decision by the Federal Court of Justice, which set out the tests expounded above, was the first by Germany's highest court of civil jurisprudence that revolved around s 57.[39] In the case at issue, the Court looked at a photograph in a furniture catalogue depicting several furniture items for sale and a painting on the wall in the background (pictured here, p 3). The Court held that the publisher could not rely on s 57 for its use of the painting after the lower court found that the painting added a "markedly contrasting colour accent". The Court deemed this sufficient to rule out an immaterial use pursuant to s 57.

In light of the 2014 judgement, older decisions by lower courts will need to be viewed with some caution. That being said, the use of a photograph of an individual wearing a T-shirt with a protected design on the cover page of a magazine (pictured here) was held by the Munich Higher Regional Court in 2008 to fall within the definition of use as an immaterial supplement because the design did not bear any contextual relationship to the primary subject matter due to its randomness and arbitrariness.[40]

Liberté de panorama

Symbol OK.svg  {{FoP-Germany}}

See also: de:Panoramafreiheit#Deutschland

General

Under section 59(1) of the 1965 Act on Copyright and Related Rights (Gesetz über Urheberrecht und verwandte Schutzrechte) (UrhG), it is permitted to "reproduce, distribute and communicate to the public, by means of painting, drawing, photography, or cinematography, works located permanently in public streets, ways, or public open spaces".[41]

Section 59(1) applies to all types of works as long as they are reproduced by painting, drawing, photography, or cinematography.[42] The German freedom of panorama limitation is thus capable of applying to photographs of works of artistic art (such as paintings, fountains, sculptures, or photographic works) as well as to pictures of poems and song lyrics inscribed on commemorative plaques.[43]

For the exception to arise, two principal conditions must be met: The work must be located in a place that is "public" and the work needs to be located there "permanently". The two conditions are discussed in more detail below.

Public

Despite the somewhat ambiguous wording, a work is located "in" a public place if it can be observed from a public place.[44] In other words, what needs to be public is the place from where the photograph is taken; it does not matter if the work itself is accessible to the public.[45] It is important to note that only the view from the public place is privileged: If, for instance, a statue is located next to a public street, photographs of the statue taken from that street enjoy freedom of panorama, but photographs of the very same statue taken from a non-public spot do not.[46] Accordingly, the Federal Court of Justice held that a picture of a building taken from the balcony of a privately-owned flat across the street did not comply with the requirements of s 59(1) because the balcony is not a public place.[47] To simplify life for photographers and re-users of their pictures, there is a rebuttable presumption that if a given photograph of a work could have been made from a public place, it was in fact made from a public place.[48]

When a photographer has used special tools (such as a ladder) to create the picture or has taken the picture after removing objects that otherwise would have shielded the work from the public eye (think of a photographer brushing aside the branches of a hedge to get a better view of a sculpture), s 59(1) cannot be relied upon for the resulting view is no longer part of what the general public can visually perceive from the public place.[49] For the same reason, aerial photography does not meet the requirements of s 59(1).[50] There is some controversy in the legal literature as to whether telephoto lenses should also be treated as impermissible tools—the majority of commentators answers this in the affirmative.[51]

Whether a place is "public" for purposes of s 59(1) does not depend on whether it is public or private property.[52] Instead, the question turns on its actual accessibility, which, according to the prevailing view, needs to be such that one can infer a (sufficient) dedication to the public.[53] Against this backdrop, many academic and extra-judicial commentators argues that publicly-accessible station halls, subway stations, and departure halls fall short of the "public" requirement because they are not in the same way dedicated to the public as streets, ways, or public open spaces.[54] The status of atria and passages is controversial.[55] On the other hand, the place does not need to be accessible all the time. Graveyards are often cited as an example of a place that is public despite the fact that it is often closed during night hours.[56] Private property that cannot be freely accessed, for instance because there is some type of access control in place (or even an entrance fee is charged), does not fall under s 59(1).[57] Buildings such as museums, public collections, churches, or administrative buildings are not "public" within the meaning of the statute, and thus photographs of works exhibited in their interior do not qualify for s 59(1).[58]

The location alternatives listed in s 59(1) ("streets", "ways", and "open spaces") are merely illustrative; freedom of panorama also extends, inter alia, to what can be seen from international and coastal waters, waterways, and ocean harbours.[59]

Permanent

Permanently located in a public place (see Bundesgerichtshof 27 April 2017, case I ZR 247/15 AIDA Kussmund, (2017) 119 GRUR 798): protected work of art ("Smiling Lips") on the bow and the hull of a cruise ship
(design by Feliks Büttner; pictured here near Funchal, Madeira)
Permanently located in a public place (see Bundesgerichtshof 19 January 2017, case I ZR 242/15 East Side Gallery, (2017) 119 GRUR 390): protected work of art on a remaining section of the Berlin Wall
("Hommage an die junge Generation" by Thierry Noir, East Side Gallery)
Permanently located in a public place (see Oberlandesgericht Köln 9 March 2012, case 6 U 193/11 Liebe deine Stadt, (2012) 16 ZUM-RD 593) based on having been in place for five years: installation by Merlin Bauer (protected as a work of art) on a rooftop in Cologne, Germany, Nord-Süd-Fahrt

To meet the condition as to permanence, a work does not need to remain at its location during its entire existence. According to the Federal Court of Justice, the proper test is whether the display or the erection of the work in a public place, as perceived by an objective observer, serves the purpose of a not-merely-temporary presentation.[60] In a more recent decision, the Court clarified that a work is permanently located in a public place if "from the point of view of the general public, [it is] intended to remain in the public place for a long, mostly indefinite, period of time".[61] On that basis, the Court determined that a work presented to the public for just two weeks—the so-called Wrapped Reichstag—cannot be reproduced under s 59(1). In the same vein, a regional court held that an artistic "grass sofa" installed in a freely-accessible garden for many years without any indication of an end date of the exhibition, is located there permanently.[62] These cases must be distinguished from the case of ephemeral works, such as ice or sand sculptures, or chalk paintings on streets, whose lifetime is limited by certain natural constraints; leading academic commentaries almost universally consider such works permanent even though they often exist only for a short period of time.[63] The same position is usually taken with respect to graffiti on exterior walls (which in all likelihood will be painted over sooner or later).[64]

Works displayed in shop windows do not fall under s 59(1) due to a lack of permanent display.[65] There is some controversy in the literature over the permanent nature of posters on advertising columns and similar structures.[66]

In order to be located "permanently" in a public place, a work does not to remain in one and the same place—its location may change.[67] Accordingly, the Federal Court of Justice held that a protected work of art on the bow of a cruise ship meets the "permanence" condition because the artwork and the cruise ship "are intended to be located for a long time in (different) public places".[68] In the view of the Court, this seems to apply more broadly to "street cars, omnibuses, or even freight vehicles", which are "increasingly being used as an advertising medium and at least a non-negligible share of the designs attached to such vehicles are copyright-protected as works of applied art".[69]

Additional requirement for architectural works

In the case of architectural works, the freedom of panorama provision is applicable only to the external appearance.[70] Therefore, pictures of interior staircases and interior courtyards cannot be used under s 59(1) even if all of the above-described conditions are met.[71]

Interdiction de modification

Section 59(1) does not permit the use of modifications of the depicted work. Therefore, when the photographer of a horse sculpture digitally changed the colour of the horse and digitally added a Santa hat to it, a regional court found that he could no longer use the resulting picture under the freedom of panorama.[72] The same conclusion was reached by a higher regional court when a photographer digitally altered the colour of a protected sign ("Liebe deine Stadt", pictured) and the colour of the sky visible in the background of his photograph.[73] Modifications that directly result from the chosen method of reproduction are permitted.[74] Partial reproductions are generally allowed, even if essential parts of the work are left out and even if it would be possible to reproduce the work as whole.[75]

Acknowledgement of source

The source of the work must be clearly acknowledged.[76] The "source" generally includes the name of the author, but goes beyond that, in that it shall enable a third party to identify the copy of the work that was depicted.[77]

While it is straightforward to apply the attribution requirement when the author is identified directly on/next to the particular copy of the depicted work, it is not entirely clear whether a photographer needs to undertake research (and if so, how thoroughly) when the author is not named on (in the vicinity of) the particular copy. It is widely believed that those who rely for their communication to the public on the freedom of panorama need to undertake a reasonable effort to identify the author,[78] but the interpretations of that differ. Professor Dreier argues in his treatise, for instance, that when using pictures of works of architecture or applied art, less of an effort can be expected than in the case of pictures of works of fine art;[79] Dreyer J, writing extra-judicially, points out that what is reasonable depends primarily on the intensity of the use (publishers printing post cards depicting a work vs tourists giving photographs of a work to their acquaintances as gifts);[80] and Professor Götting argues that it seems unreasonable to him to make the user of a picture of an unsigned architectural work research the name of the author.[81]

Timbres postaux

Red copyright.svg

According to a decision by a German regional court (Landgericht Berlin) in a case of the heirs of German artist Loriot against the Wikimedia Foundation, announced 27 March 2012, German postage stamps are not "official works" according to § 5 I or II UrhG and are therefore not in the public domain, as previously assumed on Commons.

Stamps of other private entities are copyrighted as well. However, the usual German copyright expiration term applies - copyright expires 70 years after 1 January after death of the creator. Some individual stamps may be copyright-free for other reasons (e.g. simple graphic design). For a further discussion, see Wikilegal/Copyright of Images in German Postage Stamps

Bandeaux de licence obsolètes, à supprimer ou à remplacer

Voir Commons:WikiProject Public Domain/German stamps review.

Threshold of originality

Works of fine art (including works of applied art and architectural works)

"Works of fine art", as defined in s 2(1)(4) of the 1965 Act on Copyright and Related Rights (Gesetz über Urheberrecht und verwandte Schutzrechte) (UrhG), is a catch-all term for works of fine art in a stricter sense, works of applied art, and architectural works. Fine art is distinguished from applied art by its lack of a utilitarian purpose.[82] For many decades, courts imposed a higher threshold of originality on works of applied art than on works of fine art ("two-tier theory").[83] In 2013, however, the Federal Court of Justice expressly changed its jurisprudence, holding that "in general, the copyright protection of works of applied art is not subject to other requirements than the copyright protection of works of non-utilitarian fine art or of literary or musical creation. It is hence sufficient that they attain a level of creativity that allows a public open to art and relatively familiar with views on art to justifiably speak of 'artistic' creations".[84]

In assessing whether an article with a utilitarian purpose is protected by copyright, one must take into account, however, that the aesthetic effect of the article can only provide a basis for copyright protection to the extent that it is not dictated by the article's utilitarian purpose, but instead is based on an artistic effort.[85] Only those features of a utilitarian article that are not entirely dictated by the technical function can justify copyright protection.[86] A feature is considered "dictated by the technical function" if the article could not function without it.[87] This includes features that, for technical reasons, must necessarily be used in articles of the same kind as the article concerned, as well as features that, while being used for technical reasons, are freely selectable or interchangeable. To the extent that the design of such features is entirely dictated by their technical function, they are incapable of justifying copyright protection of the utilitarian article.[88]

Examples from court cases on applied art:[89]

Protection denied:

  • a climbing structure for playgrounds made of ropes (pictured here, p 3 bottom) because the structure consists of freely selectable or interchangeable yet technically required features and does not exhibit artistic creativity;[90]
  • a wooden toy train ("birthday train") with wagons in which candles and numbers can be inserted (pictured here, p 3) because there were similarly-looking, pre-existing toy trains.[91]
  • a logo (pictured here in black and white) consisting of the text "Match by Audiotec X" and the commonly used "fast-forward" symbol because neither the design of the text nor the design of the symbol ("widely used in the audio world") nor the combination of the two could be considered an artistic creation.[92]

Protection accorded:

  • a design element on a cruise ship ("AIDA Smiling Lips") consisting of a mouth painted on the bow, eyes painted on the lateral board walls, and wave lines ("eyebrows") extending from the latter (pictured here, p 3);[93]
  • a train-like line of wooden animal figures on wheels ("birthday caravan") (pictured here, p 3) because it was a complete redesign of pre-existing toy trains, whose locomotive and waggons were replaced with animal figures, and the overall design (shapes, colours) was not the result of technical necessities but an expression of the author's artistic creativity;[94]
  • an urn with an airbrushed deer design (pictured here, on the left);[95]
  • the design of a combined table of standings for three football leagues, which allowed fans to continuously update the tables by sticking cardboard riders with the logos of the football clubs into slits corresponding to their current positions (the case concerned the 2011/12 version of the table by the German magazine Kicker, pictured here, accessed 24 August 2019) even though most of the design features of the sheet were determined by technical considerations;[96]

In the past decades, court cases where protection as applied art was eventually accorded primarily revolved around renowned designer objects, in particular items of furniture and lamps.[97] A few more recent examples:

  • chairs and tables based on drafts by the designers Marcel Breuer ("Wassily" chair, "Laccio" table) and Ludwig Mies van der Rohe ("Barcelona" chair, stool, couch, and table; "Brno" chair; "Prag" chair);[98]
  • the "Wilhelm Wagenfeld table lamp" (pictured here, accessed 24 August 2019);[99]
  • a brilliant-cut diamond ring ("Niessing-Spannring") (pictured here as "Niessing Ring© ROUND", accessed 24 August 2019).[100]

Voir aussi

Références

  1. § 69 Urheberrechtsgesetz (in German). Retrieved on 2019-03-25.
  2. a b Germany Copyright and Related Rights (Neighboring Rights). WIPO: World Intellectual Property Organization (2018). Retrieved on 2018-11-11.
  3. Section 64 UrhG.
  4. For if under the new rules the copyright term would be shorter than what it used to be under the old law, then the old term continues to apply. Section 137f(1) UrhG, 1st sentence. See generally P Katzenberger and A Metzger, "§ 66" in U Loewenheim, M Leistner, and A Ohly (eds), Schricker/Loewenheim: Urheberrecht (5th edn, Beck 2017) para 8; W Gass, "§ 66" in H Ahlberg and K Nicolini (eds), Möhring/Nicolini: Urheberrechtsgesetz (2nd edn, Vahlen 2000) para 16. Conversely, if the copyright term under the current provisions is longer than what it used to be under the old law, then the new rules apply. T Dreier, "§ 66" in T Dreier and G Schulze (eds), Urheberrechtsgesetz (6th edn, Beck 2018) para 12.
  5. P Katzenberger, "§ 66" in G Schricker and U Loewenheim (eds), Urheberrecht (4th edn, Beck 2010) para 25; T Dreier, "§ 66" in T Dreier and G Schulze (eds), Urheberrechtsgesetz (6th edn, Beck 2018) para 13; O-F von Gamm, Urheberrecht (Beck 1968) s 66, para 2.
  6. See P Katzenberger, "§ 66" in G Schricker and U Loewenheim (eds), Urheberrecht (4th edn, Beck 2010) paras 25ff. for a thorough review of the literature and the underlying arguments.
  7. A Nordemann, "§ 6" in A Nordemann, JB Nordemann, and C Czychowski (eds), Fromm/Nordemann: Urheberrecht (12th edn, Kohlhammer 2018) para 4.
  8. Bundesgerichtshof 6 February 2014, case I ZR 86/12 Peter Fechter, (2014) 67 NJW 1888 [34]–[36].
  9. Sections 66(1), 66(4) UrhG; see generally P Katzenberger, "§ 66" in G Schricker and U Loewenheim (eds), Urheberrecht (4th edn, Beck 2010) paras 29ff.
  10. Section 66(2) UrhG [old version]
  11. Section 66(1) UrhG, 1st sentence.
  12. Sections 66(2) and 66(3) UrhG.
  13. T Dreier, "§ 66" in T Dreier and G Schulze (eds), Urheberrechtsgesetz (6th edn, Beck 2018) para 16; W Gass, "§ 66" in H Ahlberg and K Nicolini (eds), Möhring/Nicolini: Urheberrechtsgesetz (2nd edn, Vahlen 2000) para 35; probably E Ulmer, Urheber- und Verlagsrecht (3rd edn, Springer 1980) 144. Contra O-F von Gamm, Urheberrecht (Beck 1968) s 66, para 2.
  14. T Dreier, "§ 66" in T Dreier and G Schulze (eds), Urheberrechtsgesetz (6th edn, Beck 2018) para 16; Oberlandesgericht München 12 June 1967, case 6 AR 24/67, (1968) 51 UFITA 377, 379.
  15. P Katzenberger, "§ 66" in G Schricker and U Loewenheim (eds), Urheberrecht (4th edn, Beck 2010) para 42; in the same vein: O-F von Gamm, Urheberrecht (Beck 1968) s 66, para 2.
  16. Bundesgerichtshof 20 July 2006, case I ZR 185/03 Bodenrichtwertsammlung, (2007) 109 GRUR 137 [13].
  17. Bundesgerichtshof 20 July 2006, case I ZR 185/03 Bodenrichtwertsammlung, (2007) 109 GRUR 137 [14].
  18. P Katzenberger and A Metzger, "§ 5" in U Loewenheim, M Leistner, and A Ohly (eds), Schricker/Loewenheim: Urheberrecht (5th edn, Beck 2017) para 46; C Arnold, Amtliche Werke im Urheberrecht: Zur Verfassungsmäßigkeit und analogen Anwendbarkeit des § 5 UrhG (Nomos 1994) 94; MCG Marquardt, "§ 5" in A-A Wandtke and W Bullinger (eds), Praxiskommentar zum Urheberrecht (5th edn, Beck 2019) para 12.
  19. Landgericht Berlin 27 March 2012, case 15 O 377/11 Loriot-Briefmarken, (2012) 16 ZUM-RD 399. In the same vein: T Dreier, "§ 5" in T Dreier and G Schulze (eds), Urheberrechtsgesetz (6th edn, Beck 2018) para 4; H Ahlberg, "§ 5" in H Ahlberg and K Nicolini (eds), Möhring/Nicolini: Urheberrechtsgesetz (2nd edn, Vahlen 2000) para 10 ("literary works").
  20. JB Nordemann, "§ 5" in A Nordemann, JB Nordemann, and C Czychowski (eds), Fromm/Nordemann: Urheberrecht (12th edn, Kohlhammer 2018) para 10. See also P Katzenberger and A Metzger, "§ 5" in U Loewenheim, M Leistner, and A Ohly (eds), Schricker/Loewenheim: Urheberrecht (5th edn, Beck 2017) para 68 (sub-s 1 applicable to official road signs as they are part of a law). Cf C Arnold, Amtliche Werke im Urheberrecht: Zur Verfassungsmäßigkeit und analogen Anwendbarkeit des § 5 UrhG (Nomos 1994) 104 (sub-s 1 limited to "texts", which also includes at least illustrations of a scientific or technical nature).
  21. On those, see COM:CUR Germany.
  22. Landgericht Berlin 27 March 2012, case 15 O 377/11 Loriot-Briefmarken, (2012) 16 ZUM-RD 399; H Ahlberg, "§ 5" in H Ahlberg and K Nicolini (eds), Möhring/Nicolini: Urheberrechtsgesetz (2nd edn, Vahlen 2000) para 14; P Katzenberger and A Metzger, "§ 5" in U Loewenheim, M Leistner, and A Ohly (eds), Schricker/Loewenheim: Urheberrecht (5th edn, Beck 2017) para 68; EI Obergfell, "§ 5" in W Büscher, S Dittmer, and P Schiwy (eds), Gewerblicher Rechtsschutz, Urheberrecht, Medienrecht (3rd edn, Heymann 2015) para 19; G Dreyer, "§ 5" in G Dreyer and others (eds), Heidelberger Kommentar Urheberrecht (4th edn, CF Müller 2018) para 20; H-P Götting and U Loewenheim, "§ 31" in U Loewenheim (ed), Handbuch des Urheberrechts (2nd edn, Beck 2010) para 10; D Leuze, Urheberrechte der Beschäftigten im öffentlichen Dienst (3rd edn, Erich Schmidt 2008) 40; D Dünnwald, Der Urheber im öffentlichen Dienst (Nomos 1999) 133; H Schack, Urheber- und Urhebervertragsrecht (8th edn, Mohr Siebeck 2017) para 581; H Schack, Kunst und Recht (3rd edn, Mohr Siebeck 2017) para 276; M von Albrecht, Amtliche Werke und Schranken des Urheberrechts zu amtlichen Zwecken in fünfzehn europäischen Ländern (VVF 1992) 52; G Schricker, "Zum Urheberrechtsschutz und Geschmacksmusterschutz von Postwertzeichen – Teil II" (1991) 93 GRUR 645, 647ff; P Katzenberger, "Die Frage des urheberrechtlichen Schutzes amtlicher Werke" (1972) 74 GRUR 686, 694. Note that for those who believe that s 5(1) is incapable of applying to non-literary works to begin with (see above for references), this is a simple corollary. Contra Landgericht München 10 March 1987, case 21 S 20861/86, (1987) 89 GRUR 436, 436f (stating that "the postage stamp has lost the copyright protection it enjoyed during the drafting stage when it was included in the Official Journal of the Minister of Post and Telecommunications"); M Rehbinder and A Peukert, Urheberrecht und verwandte Schutzrechte (18th edn, Beck 2018) para 496 (stating that privately created works can also constitute official works, giving the example of "officially announced stamps, as opposed to commemorative stamps"); J von Ungern-Sternberg, "Werke privater Urheber als amtliche Werke" (1977) 79 GRUR 766, 768 (because "postage stamps of the Bundespost are announced with pictures some time prior to their issuance in the Official Journal of the Minister of Post and Telecommunications" and are therefore in the public domain as part of an official notice).
  23. H Ahlberg, "§ 5" in H Ahlberg and K Nicolini (eds), Möhring/Nicolini: Urheberrechtsgesetz (2nd edn, Vahlen 2000) para 14; P Katzenberger and A Metzger, "§ 5" in U Loewenheim, M Leistner, and A Ohly (eds), Schricker/Loewenheim: Urheberrecht (5th edn, Beck 2017) para 68; D Dünnwald, Der Urheber im öffentlichen Dienst (Nomos 1999) 133. J von Ungern-Sternberg ("Werke privater Urheber als amtliche Werke" (1977) 79 GRUR 766, 768) seems to consider coats of arms official works pursuant to s 5(2) rather than s 5(1). Again, for those who believe that s 5(1) is incapable of applying to non-literary works to begin with (see above for references), this is a simple corollary.
  24. JB Nordemann, "§ 5" in A Nordemann, JB Nordemann, and C Czychowski (eds), Fromm/Nordemann: Urheberrecht (12th edn, Kohlhammer 2018) para 15; MCG Marquardt, "§ 5" in A-A Wandtke and W Bullinger (eds), Praxiskommentar zum Urheberrecht (5th edn, Beck 2019) para 7; EI Obergfell, "§ 5" in W Büscher, S Dittmer, and P Schiwy (eds), Gewerblicher Rechtsschutz, Urheberrecht, Medienrecht (3rd edn, Heymann 2015) para 8; P Katzenberger and A Metzger, "§ 5" in U Loewenheim, M Leistner, and A Ohly (eds), Schricker/Loewenheim: Urheberrecht (5th edn, Beck 2017) paras 68f.
  25. MCG Marquardt, "§ 5" in A-A Wandtke and W Bullinger (eds), Praxiskommentar zum Urheberrecht (5th edn, Beck 2019) para 7; P Katzenberger and A Metzger, "§ 5" in U Loewenheim, M Leistner, and A Ohly (eds), Schricker/Loewenheim: Urheberrecht (5th edn, Beck 2017) para 68; T Dreier, "§ 5" in T Dreier and G Schulze (eds), Urheberrechtsgesetz (6th edn, Beck 2018) para 8. Contra EI Obergfell, "§ 5" in W Büscher, S Dittmer, and P Schiwy (eds), Gewerblicher Rechtsschutz, Urheberrecht, Medienrecht (3rd edn, Heymann 2015) para 8 (who argues that they fall under sub-s 2).
  26. Bundesgerichtshof 2 July 1987, case I ZR 232/85 Topographische Landeskarten, (1988) 41 NJW 337, 338f.
  27. Somewhat misleadingly, in the English translation of the UrhG provided by the German Federal Ministry of Justice and Consumer Protection (accessed 19 August 2019) the phrase "amtliche Werke" in s 5(2) is incorrectly translated as "official texts" rather than "official works".
  28. See, for instance, Commons talk:WikiProject Public Domain/German stamps review#PD-GermanGov and related (perma); Template talk:PD-GermanGov#§ 5 Abs. 2 UrhG (perma); see also de:Wikipedia:Urheberrechtsfragen/Archiv/2009/12#Amtliche Werke / §5 Abs. 2 UrhG.
  29. See also the notice at the top of Template talk:PD-GermanGov (perma).
  30. Geldscheinsammlung (in German). Deutsche Bundesbank. Retrieved on 2019-03-26.
  31. Dreier/Schulze (2004) § 5 Rn. 11: „Nicht § 5 II UrhG unterfallen nach Ansicht zumindest des überwiegenden Teils der Literatur […] Banknoten, Münzen und Briefmarken (Wandtke/Bullinger/Marquardt § 5 Rn. 19; Häde ZUM 1991, 356; Schricker GRUR 1991, 645, 657ff.; vgl. jedoch die insoweit abweichende Entscheidung des LG München I GRUR 1987, 436 – Briefmarke)“. Die letztgenannte Entscheidung des LG München ist mittlerweile hinfällig. (in German)
  32. Bundesgerichtshof 17 November 2014, case I ZR 177/13 Möbelkatalog, (2015) 68 NJW 2119 [16].
  33. M Vogel, "§ 57" in U Loewenheim, M Leistner, and A Ohly (eds), Schricker/Loewenheim: Urheberrecht (5th edn, Beck 2017) para 8; T Dreier, "§ 57" in T Dreier and G Schulze (eds), Urheberrechtsgesetz (6th edn, Beck 2018) para 1.
  34. Bundesgerichtshof 17 November 2014, case I ZR 177/13 Möbelkatalog, (2015) 68 NJW 2119 [26].
  35. Bundesgerichtshof 17 November 2014, case I ZR 177/13 Möbelkatalog, (2015) 68 NJW 2119 [27].
  36. Bundesgerichtshof 17 November 2014, case I ZR 177/13 Möbelkatalog, (2015) 68 NJW 2119 [27].
  37. Bundesgerichtshof 17 November 2014, case I ZR 177/13 Möbelkatalog, (2015) 68 NJW 2119 [31].
  38. Appeals court level or higher.
  39. R Jacobs, "Was ist "beiläufig"? Ein Beitrag zu § 57 UrhG" in W Büscher and others (eds), Rechtsdurchsetzung: Rechtsverwirklichung durch materielles Recht und Verfahrensrecht. Festschrift für Hans-Jürgen Ahrens zum 70. Geburtstag (Heymanns 2016), 225; FL Stang, "Bundesgerichtshof 17 November 2014, case I ZR 177/13" (117) 2015 GRUR 670 (note).
  40. Oberlandesgericht München 13 March 2008, case 29 U 5826/07, (2008) 12 ZUM-RD 554.
  41. Note that in the English translation of the UrhG provided by the German Federal Ministry of Justice and Consumer Protection (accessed 18 August 2019), s 59(1) UrhG is incorrectly translated (the means adjunct in the first sentence is missing).
  42. G Dreyer, "§ 59" in G Dreyer and others (eds), Heidelberger Kommentar Urheberrecht (4th edn, CF Müller 2018) para 8.
  43. See T Dreier, "§ 59" in T Dreier and G Schulze (eds), Urheberrechtsgesetz (6th edn, Beck 2018) para 2; M Vogel, "§ 59" in U Loewenheim, M Leistner, and A Ohly (eds), Schricker/Loewenheim: Urheberrecht (5th edn, Beck 2017) para 13.
  44. Bundesgerichtshof 27 April 2017, case I ZR 247/15 AIDA Kussmund, (2017) 119 GRUR 798 [22].
  45. Bundesgerichtshof 27 April 2017, case I ZR 247/15 AIDA Kussmund, (2017) 119 GRUR 798 [22]; M Vogel, "§ 59" in U Loewenheim, M Leistner, and A Ohly (eds), Schricker/Loewenheim: Urheberrecht (5th edn, Beck 2017) para 18.
  46. See Bundesgerichtshof 27 April 2017, case I ZR 247/15 AIDA Kussmund, (2017) 119 GRUR 798 [35]; Bundesgerichtshof 5 June 2003, case I ZR 192/00 Hundertwasser-Haus, (2003) 105 GRUR 1035, 1037.
  47. Bundesgerichtshof 5 June 2003, case I ZR 192/00 Hundertwasser-Haus, (2003) 105 GRUR 1035, 1037.
  48. Bundesgerichtshof 27 April 2017, case I ZR 247/15 AIDA Kussmund, (2017) 119 GRUR 798 [37].
  49. Bundesgerichtshof 27 April 2017, case I ZR 247/15 AIDA Kussmund, (2017) 119 GRUR 798 [35]; see also CG Chirco, Die Panoramafreiheit (Nomos 2013) 140ff.
  50. Bundesgerichtshof 27 April 2017, case I ZR 247/15 AIDA Kussmund, (2017) 119 GRUR 798 [35]; H Schack, Urheber- und Urhebervertragsrecht (8th edn, Mohr Siebeck 2017) para 567; M Vogel, "§ 59" in U Loewenheim, M Leistner, and A Ohly (eds), Schricker/Loewenheim: Urheberrecht (5th edn, Beck 2017) para 17.
  51. See C Czychowski, "§ 59" in A Nordemann, JB Nordemann, and C Czychowski (eds), Fromm/Nordemann: Urheberrecht (12th edn, Kohlhammer 2018) para 7; G Dreyer, "§ 59" in G Dreyer and others (eds), Heidelberger Kommentar Urheberrecht (4th edn, CF Müller 2018) para 6; M Vogel, "§ 59" in U Loewenheim, M Leistner, and A Ohly (eds), Schricker/Loewenheim: Urheberrecht (5th edn, Beck 2017) para 17; CG Chirco, Die Panoramafreiheit (Nomos 2013) 142ff. Contra T Dreier, "§ 59" in T Dreier and G Schulze (eds), Urheberrechtsgesetz (6th edn, Beck 2018) para 4. See the Wikipedia article in German for additional references.
  52. Bundesgerichtshof 27 April 2017, case I ZR 247/15 AIDA Kussmund, (2017) 119 GRUR 798 [23]; M Vogel, "§ 59" in U Loewenheim, M Leistner, and A Ohly (eds), Schricker/Loewenheim: Urheberrecht (5th edn, Beck 2017) para 16. See also Landgericht Frankenthal 9 November 2004, case 6 O 209/04 Grassofa, (2005) 107 GRUR 577, 577 (holding that a freely accessible park owned by a charitable foundation is public).
  53. M Vogel, "§ 59" in U Loewenheim, M Leistner, and A Ohly (eds), Schricker/Loewenheim: Urheberrecht (5th edn, Beck 2017) para 16. But see Bundesgerichtshof 17 December 2010, case V ZR 45/10 Preußische Gärten und Parkanlagen, (2011) 64 NJW 749, 751 (affirming the higher regional court's holding to deny freedom of panorama on the grounds that the "de facto free access to the park is based on a decision by plaintiff [...] which they may change at any time"), widely criticised, see inter alia H Schack (2011) 66 JZ 371 (note), 376.
  54. C Czychowski, "§ 59" in A Nordemann, JB Nordemann, and C Czychowski (eds), Fromm/Nordemann: Urheberrecht (12th edn, Kohlhammer 2018) para 7; G Dreyer, "§ 59" in G Dreyer and others (eds), Heidelberger Kommentar Urheberrecht (4th edn, CF Müller 2018) para 6; M Vogel, "§ 59" in U Loewenheim, M Leistner, and A Ohly (eds), Schricker/Loewenheim: Urheberrecht (5th edn, Beck 2017) para 16; CG Chirco, Die Panoramafreiheit (Nomos 2013) 137; S Ernst, "Zur Panoramafreiheit des Urheberrechts" (1998) 42 ZUM 475, 476. Contra S Lüft, "§ 59" in A-A Wandtke and W Bullinger (eds), Praxiskommentar zum Urheberrecht (5th edn, Beck 2019) para 3; EI Obergfell, "§ 59" in W Büscher, S Dittmer, and P Schiwy (eds), Gewerblicher Rechtsschutz, Urheberrecht, Medienrecht (3rd edn, Heymann 2015) para 3.
  55. In favour of applicability of freedom of panorama: T Dreier, "§ 59" in T Dreier and G Schulze (eds), Urheberrechtsgesetz (6th edn, Beck 2018) para 3; EI Obergfell, "§ 59" in W Büscher, S Dittmer, and P Schiwy (eds), Gewerblicher Rechtsschutz, Urheberrecht, Medienrecht (3rd edn, Heymann 2015) para 3; CG Chirco, Die Panoramafreiheit (Nomos 2013) 135f. Opposed: C Czychowski, "§ 59" in A Nordemann, JB Nordemann, and C Czychowski (eds), Fromm/Nordemann: Urheberrecht (12th edn, Kohlhammer 2018) para 7. See the Wikipedia article in German for additional references.
  56. T Dreier, "§ 59" in T Dreier and G Schulze (eds), Urheberrechtsgesetz (6th edn, Beck 2018) para 3; R Kirchmaier, "§ 59" in E-J Mestmäcker and E Schulze (eds), Urheberrecht (Luchterhand R 55 2011) para 9; EI Obergfell, "§ 59" in W Büscher, S Dittmer, and P Schiwy (eds), Gewerblicher Rechtsschutz, Urheberrecht, Medienrecht (3rd edn, Heymann 2015) para 3; M Vogel, "§ 59" in U Loewenheim, M Leistner, and A Ohly (eds), Schricker/Loewenheim: Urheberrecht (5th edn, Beck 2017) para 16. See also Bundesgerichtshof 27 April 2017, case I ZR 247/15 AIDA Kussmund, (2017) 119 GRUR 798 [33] ("The fact that the ship may at times not be located in publicly accessible places [...] does not preclude the application of s 59(1)").
  57. C Czychowski, "§ 59" in A Nordemann, JB Nordemann, and C Czychowski (eds), Fromm/Nordemann: Urheberrecht (12th edn, Kohlhammer 2018) para 6 ("private property that has constant public exposure but is not freely accessible due to fencing and entry controls"); S Lüft, "§ 59" in A-A Wandtke and W Bullinger (eds), Praxiskommentar zum Urheberrecht (5th edn, Beck 2019) para 3 ("private property that is not freely accessible due to fences and controls"); EI Obergfell, "§ 59" in W Büscher, S Dittmer, and P Schiwy (eds), Gewerblicher Rechtsschutz, Urheberrecht, Medienrecht (3rd edn, Heymann 2015) para 3 ("fencing, access control, and similar"); M Vogel, "§ 59" in U Loewenheim, M Leistner, and A Ohly (eds), Schricker/Loewenheim: Urheberrecht (5th edn, Beck 2017) para 16 ("private property with access control").
  58. G Dreyer, "§ 59" in G Dreyer and others (eds), Heidelberger Kommentar Urheberrecht (4th edn, CF Müller 2018) para 6; R Kirchmaier, "§ 59" in E-J Mestmäcker and E Schulze (eds), Urheberrecht (Luchterhand R 55 2011) para 9; M Vogel, "§ 59" in U Loewenheim, M Leistner, and A Ohly (eds), Schricker/Loewenheim: Urheberrecht (5th edn, Beck 2017) para 14 ("universal view"); CG Chirco, Die Panoramafreiheit (Nomos 2013) 133. See also the official motives accompanying the draft bill proposing the UrhG, Bundestag Printed Paper IV/270 of 23 March 1962, p 76 (stating that "the artwork permanently exhibited in public museums" shall not be privileged for it is "not to the same degree dedicated to the public as the works erected in public squares"). Cf Oberlandesgericht Köln 5 May 2000, case 6 U 21/00 Gies-Adler, (2000) [53] NJW 2212, 2213 (denying freedom of panorama for photographs of a work of art inside the former house of parliament on the grounds that it is not located in a public street, way, or public open space).
  59. Bundesgerichtshof 27 April 2017, case I ZR 247/15 AIDA Kussmund, (2017) 119 GRUR 798 [24].
  60. Bundesgerichtshof 24 January 2002, case I ZR 102/99 Verhüllter Reichstag, 150 BGHZ 6, 10f.
  61. Bundesgerichtshof 27 April 2017, case I ZR 247/15 AIDA Kussmund, (2017) 119 GRUR 798 [32]. It is readily apparent that the actual duration of the presentation does not matter: If, say, a fountain is inadvertedly destroyed two days following its construction, this does not affect the applicability of s 59(1) in respect of the pictures created during the two days of its existence. See M Vogel, "§ 59" in U Loewenheim, M Leistner, and A Ohly (eds), Schricker/Loewenheim: Urheberrecht (5th edn, Beck 2017) para 25; CG Chirco, Die Panoramafreiheit (Nomos 2013) 149.
  62. Landgericht Frankenthal 9 November 2004, case 6 O 209/04 Grassofa, (2005) 107 GRUR 577, 577.
  63. C Czychowski, "§ 59" in A Nordemann, JB Nordemann, and C Czychowski (eds), Fromm/Nordemann: Urheberrecht (12th edn, Kohlhammer 2018) para 8; G Dreyer, "§ 59" in G Dreyer and others (eds), Heidelberger Kommentar Urheberrecht (4th edn, CF Müller 2018) para 17; H Schack, Urheber- und Urhebervertragsrecht (8th edn, Mohr Siebeck 2017) para 568. Contra T Koch, "Von dreidimensionalen Vervielfältigungen und schwimmenden Kunstwerken – Die Panoramafreiheit in der Rechtsprechung des Bundesgerichtshofs" in Hans-Jürgen Ahrens and others (eds), Festschrift für Wolfgang Büscher (Heymanns 2018) 205. See the Wikipedia article in German for additional references.
  64. T Dreier, "§ 59" in T Dreier and G Schulze (eds), Urheberrechtsgesetz (6th edn, Beck 2018) para 5; G Dreyer and others (eds), Heidelberger Kommentar Urheberrecht (4th edn, CF Müller 2018) para 17; M Vogel, "§ 59" in U Loewenheim, M Leistner, and A Ohly (eds), Schricker/Loewenheim: Urheberrecht (5th edn, Beck 2017) para 23; CG Chirco, Die Panoramafreiheit (Nomos 2013) 154f.
  65. T Dreier, "§ 59" in T Dreier and G Schulze (eds), Urheberrechtsgesetz (6th edn, Beck 2018) para 5; G Dreyer and others (eds), Heidelberger Kommentar Urheberrecht (4th edn, CF Müller 2018) para 18; M Vogel, "§ 59" in U Loewenheim, M Leistner, and A Ohly (eds), Schricker/Loewenheim: Urheberrecht (5th edn, Beck 2017) para 24; CG Chirco, Die Panoramafreiheit (Nomos 2013) 169.
  66. In favour: T Dreier, "§ 59" in T Dreier and G Schulze (eds), Urheberrechtsgesetz (6th edn, Beck 2018) para 5; G Dreyer and others (eds), Heidelberger Kommentar Urheberrecht (4th edn, CF Müller 2018) para 17; CG Chirco, Die Panoramafreiheit (Nomos 2013) 170. Contra M Vogel, "§ 59" in U Loewenheim, M Leistner, and A Ohly (eds), Schricker/Loewenheim: Urheberrecht (5th edn, Beck 2017) para 23; S Ernst, "Zur Panoramafreiheit des Urheberrechts" (1998) 42 ZUM 475, 477. See the Wikipedia article in German for additional references.
  67. Bundesgerichtshof 27 April 2017, case I ZR 247/15 AIDA Kussmund, (2017) 119 GRUR 798 [32].
  68. Bundesgerichtshof 27 April 2017, case I ZR 247/15 AIDA Kussmund, (2017) 119 GRUR 798 [33].
  69. Not entirely clear from Bundesgerichtshof 27 April 2017, case I ZR 247/15 AIDA Kussmund, (2017) 119 GRUR 798 [29] on account of the discussion taking place in relation to the "public" requirement, but see the various notes on the judgement, eg T Koch, "Von dreidimensionalen Vervielfältigungen und schwimmenden Kunstwerken – Die Panoramafreiheit in der Rechtsprechung des Bundesgerichtshofs" in H-J Ahrens and others (eds), Festschrift für Wolfgang Büscher (Heymanns 2018) 204; M Stieper, "Die Freiheit des Straßenbildes im Urheber- und Designrecht – Anmerkung zu BGH ZUM 2017, 766 – AIDA-Kussmund" (2017) 61 ZUM 770 [771]; D Ettig (2017) 63 WRP 955 (note) para 13.
  70. Section 59(1), 2nd sentence.
  71. M Vogel, "§ 59" in U Loewenheim, M Leistner, and A Ohly (eds), Schricker/Loewenheim: Urheberrecht (5th edn, Beck 2017) para 31.
  72. Landgericht Mannheim 14 February 1997, case 7 S 4/96 Freiburger Holbein-Pferd, (1997) 99 GRUR 364, 366.
  73. Oberlandesgericht Köln 9 March 2012, case 6 U 193/11 Liebe deine Stadt, (2012) 16 ZUM-RD 593, 595.
  74. Section 62(3) so provides for artistic works and photographic works. In the literature, this is extended to architectural works. See T Dreier, "§ 59" in T Dreier and G Schulze (eds), Urheberrechtsgesetz (6th edn, Beck 2018) para 11; M Vogel, "§ 59" in U Loewenheim, M Leistner, and A Ohly (eds), Schricker/Loewenheim: Urheberrecht (5th edn, Beck 2017) para 29; CG Chirco, Die Panoramafreiheit (Nomos 2013) 207.
  75. Bundesgerichtshof 19 January 2017, case I ZR 242/15 East Side Gallery, (2017) 119 GRUR 390 [41], [43]. But see M Vogel, "§ 59" in U Loewenheim, M Leistner, and A Ohly (eds), Schricker/Loewenheim: Urheberrecht (5th edn, Beck 2017) para 12 (arguing that in certain cases the partial reproduction may not comply with the three-step test pursuant to art 5(5) of the Information Society Directive (2001/29/EC), art 10(2) of the WCT, and art 13 of the TRIPS Agreement).
  76. Section 63.
  77. W Bullinger, "§ 63" in A-A Wandtke and W Bullinger (eds), Praxiskommentar zum Urheberrecht (5th edn, Beck 2019) paras 11f; A Dustmann, "§ 63" in A Nordemann, JB Nordemann, and C Czychowski (eds), Fromm/Nordemann: Urheberrecht (12th edn, Kohlhammer 2018) para 6. Cf Oberlandesgericht Brandenburg 15 October 1996, case 6 U 177/96 Stimme Brecht, (1997) 50 NJW 1162, 1163 (in the context of the quotation limitation, which is also subject to s 63).
  78. See eg T Dreier, "§ 59" in T Dreier and G Schulze (eds), Urheberrechtsgesetz (6th edn, Beck 2018) para 12; M Vogel, "§ 59" in U Loewenheim, M Leistner, and A Ohly (eds), Schricker/Loewenheim: Urheberrecht (5th edn, Beck 2017) para 30; R Kirchmaier, "§ 59" in E-J Mestmäcker and E Schulze (eds), Urheberrecht (Luchterhand R 55 2011) para 7.
  79. T Dreier, "§ 59" in T Dreier and G Schulze (eds), Urheberrechtsgesetz (6th edn, Beck 2018) para 12.
  80. G Dreyer, "§ 59" in G Dreyer and others (eds), Heidelberger Kommentar Urheberrecht (4th edn, CF Müller 2018) para 20.
  81. H-P Götting, "§ 31" in U Loewenheim (ed), Handbuch des Urheberrechts (2nd edn, Beck 2010) para 245.
  82. Bundesgerichtshof 12 May 2011, case I ZR 53/10 Seilzirkus, (2012) 114 GRUR 58 [17].
  83. See, in particular, Bundesgerichtshof 27 November 1956, case I ZR 57/55 Morgenpost, 22 BGHZ 209, 215ff; Bundesgerichtshof 22 June 1995, case I ZR 119/93 Silberdistel, (1995) 97 GRUR 581, 582. See further A Ohly, "Where is the Birthday Train Heading? The Copyright-Design Interface in German Law" in G Karnell and others (eds), Liber Amicorum Jan Rosén (eddy.se ab 2016) 593ff.
  84. Bundesgerichtshof 13 November 2013, case I ZR 143/12 Geburtstagszug, 199 BGHZ 52 [26].
  85. Bundesgerichtshof 13 November 2013, case I ZR 143/12 Geburtstagszug, 199 BGHZ 52 [41].
  86. Bundesgerichtshof 12 May 2011, case I ZR 53/10 Seilzirkus, (2012) 114 GRUR 58 [19].
  87. Bundesgerichtshof 12 May 2011, case I ZR 53/10 Seilzirkus, (2012) 114 GRUR 58 [20].
  88. Bundesgerichtshof 12 May 2011, case I ZR 53/10 Seilzirkus, (2012) 114 GRUR 58 [20].
  89. Appeals court level or higher. Omitted here are cases where copyright protection was denied based on the now-abandoned "two-tier theory".
  90. Bundesgerichtshof 12 May 2011, case I ZR 53/10 Seilzirkus, (2012) 114 GRUR 58 [30].
  91. Oberlandesgericht Schleswig 11 September 2014, case 6 U 74/10 Geburtstagszug II, (2015) 15 GRUR-RR 1 [17]–[23].
  92. Oberlandesgericht Frankfurt am Main 12 June 2019, case 11 U 51/18, (2019) 63 ZUM 787, 788f.
  93. Bundesgerichtshof 27 April 2017, case I ZR 247/15 AIDA Kussmund, (2017) 119 GRUR 798 [11].
  94. Oberlandesgericht Schleswig 11 September 2014, case 6 U 74/10 Geburtstagszug II, (2015) 15 GRUR-RR 1 [29]–[31]. Finding of copyright protection not challenged on appeal: Bundesgerichtshof 16 June 2016, case I ZR 122/14 Geburtstagskarawane, (2016) 118 GRUR 1291.
  95. Oberlandesgericht Köln 20 February 2015, case 6 U 131/14 Airbrush-Urnen, (2015) 15 GRUR-RR 275 [14]–[16].
  96. Oberlandesgericht Nürnberg 20 May 2014, case 3 U 1874/13 Kicker-Stecktabelle, (2014) 116 GRUR 1199, 1201.
  97. S Zentek, "Acht Jahrzehnte verkanntes Design im deutschen Urheberrecht: Die Geschichte des Schutzes von Gebrauchsgestaltungen unter besonderer Berücksichtigung des Nationalsozialismus" (doctoral thesis, Heinrich-Heine-Universität Düsseldorf 2015) 276. See also L Mezger, Die Schutzschwelle für Werke der angewandten Kunst nach deutschem und europäischem Recht (V&R unipress 2017) 60f ("hardly possible" in particular to keep track of the jurisprudence on designer furniture).
  98. Oberlandesgericht Hamburg 27 April 2011, case 5 U 26/09; affirmed in pertinent part on appeal: Bundesgerichtshof 5 November 2015, case I ZR 91/11 Marcel-Breuer­-Möbel II, (2016) 69 NJW 2335 [26]–[28].
  99. Oberlandesgericht Hamburg 30 March 2011, case 5 U 207/08; affirmed in pertinent part on appeal: Bundesgerichtshof 5 November 2015, case I ZR 76/11 Wagenfeld-Leuchte II, (2016) 69 NJW 2338 [20]–[22].
  100. Oberlandesgericht Düsseldorf 30 May 2000, case 20 U 4/99 Spannring, (2001) 1 GRUR-RR 294, 296.
Attention : la description ci-dessus peut être inexacte, incomplète ou obsolète, elle doit donc être traitée avec prudence. Avant de déposer un fichier sur Wikimedia Commons, vous devez vous assurer qu’il peut être utilisé librement. Voir aussi : Commons:Avertissements généraux
Texte inclus de
COM:Austria

Autriche

Cette page fournit un aperçu des règles de droit d'auteur de l'Autriche applicables au téléchargement d'œuvres sur Wikimedia Commons. Notez que toute œuvre originaire de l'Autriche doit appartenir au domaine public ou être disponible sous licence libre en Autriche et aux États-Unis avant de pouvoir être téléchargée sur Wikimedia Commons. En cas de doute sur le statut de droit d'auteur d'une œuvre de l'Autriche, reportez-vous aux lois applicables pour plus de précisions.

Lois applicables

L'Autriche est membre de la Convention de Berne depuis le 1er octobre 1920, du Traité de l'OMPI depuis le 14 mars 2010 et de l'Organisation mondiale du commerce depuis le 1er janvier 1995[1].

En 2018, l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), une agence des Nations Unies, avait enregistré la Federal Law on Copyright in Literary and Artistic Works and Related Rights (Copyright Law de 1936, telle qu'amendée par la Federal Law publiée dans le Federal Law Gazette I N°63/2018 (BGBI.I No. 63/2018)) comme étant la principale loi sur la propriété intellectuelle promulguée par la législature de l'Autriche[1]. L'OMPI conserve le texte de cette loi dans sa base de données WIPO Lex[2].

Durées

Selon la Federal Law on Copyright de 1936 telle qu'amendée en 2018,

  • les droits d'auteur sur une œuvre individuelle de littérature, de musique ou d'arts visuels expirent 70 ans après la mort de l'auteur[1936-2018 Art.60].
  • si l’œuvre est une création collective, les droits d'auteur expirent 70 ans après la mort du dernier auteur survivant[1936-2018 Art.60].
  • les droits d'auteur sur les œuvres anonymes ou sous pseudonymes expirent 70 ans après la création ou la publication si cette dernière intervient dans les 70 ans[1936-2018 Art 61].
  • les droits d'auteur sur les œuvres cinématographiques expirent 70 ans après la mort du dernier survivant parmi le metteur en scène principal, le scénariste et le compositeur de la musique spécialement composée pour l’œuvre[1936-2018 Art.62].

Le calcul des durées ne compte pas l'année civile de l'événement utilisé pour calculer la durée[1936-2018 Art.64].

Photographies

En Autriche, en vertu des dispositions de l'Article 74(6) de la Federal Law BGBI N°111 de 1936, dans sa version du 1er juillet 2003 :

  • une simple photographie ("Lichtbild"), telle que des photos d'identité de passeport issues d'une borne photo, des photos satellites, des radiographies, ne sont plus protégées si elles ont été publiées il y a plus de 50 ans ou si elles ont été prises il y a plus de 50 ans et jamais publiées dans les 50 ans suivant leur création.
  • les photographies qui impliquent une interprétation artistique, telles que des séances de photos en studio, et celles qui impliquent un éclairage et des poses, sont qualifiées d’œuvres photographiques ("Lichtbildwerke") ou d'"œuvres de littérature, musique ou d'art"[1936-2018 Art.60].[3] Pour celles-ci, la protection expire 70 ans après la mort de l'auteur (voir cette discussion).

Afin d'être acceptable sur Commons, les œuvres doivent se trouver dans le domaine public aux États-Unis ainsi que dans leur pays d'origine. Les œuvres autrichiennes se trouvent de fait dans le domaine public aux États-Unis leurs droits d'auteur ont expiré en Autriche à la date de restauration aux États-Unis (le 1er janvier 1996). Toutefois, certaines œuvres peuvent comporter des droits d'auteur résiduels aux États-Unis du fait des relations de longue date en matière de droits d'auteur entre l'Autriche et les États-Unis.

  • pour les photographies simples non publiées, les droits d'auteur ont expiré en Autriche si elles ont été créées il y a plus de 50 ans et qu'elles n'ont jamais été publiées dans les 50 ans suivant leu création. Les droits d'auteur ont expiré aux États-Unis si elles ont été créées avant 1946 et si elles n'ont jamais publiées dans les 50 ans suivant leur création.
  • pour les photographies simples ayant été publiées, les droits d'auteur ont expiré en Autriche si elles ont été publiées il y a plus de 50 ans. Les droits d'auteur ont expiré aux États-Unis si elles ont été publiées avant 1946.
  • pour toutes les autres photographies et œuvres d'art, les droits d'auteur ont expiré en Autriche si l'auteur est mort depuis plus de 70 et et que l’œuvre a été publiée. Les droits d'auteur ont expiré aux États-Unis si elles ont été publiées aux États-Unis avant 1926.

Œuvres officielles

Selon la Federal Law on Copyright de 1936, telle qu'amendée en 2018,

  • les lois, règlements, décrets officiels, notes, décisions et œuvres officielles , tels que définis dans le §2Z items 1 ou 3, produits uniquement ou principalement une utilisation officielle, ne peuvent bénéficier d'une protection par les droits d'auteur[1936-2018 Art.7(1)].

Bandeaux de licence

  • {{PD-AustrianGov}} – Pour les extraits de lois, d'ordonnances et de décrets officiels édictés par l'autorité fédérale ou nationale autrichienne et pour les œuvres de cette même autorité destinées principalement à une utilisation officielle.
  • {{PD-StVZVO}} – Pour les panneaux de signalisation routière publiés via des ordonnances ou autres règlements.

Monnaie

X mark.svg Pas d'accord

  • le point de vue (apparemment unanime) des articles d'analyse des traités et des lois sur les droits d'auteur en Autriche quant aux billets de banque et les pièces de monnaie est qu'ils ne constituent pas des œuvres officielles selon la section 7 de la loi autrichienne sur les droits d'auteur et qu'ils ne sont par conséquent pas librement utilisables.[4]

Liberté de panorama

En général : ✓OK, utiliser le bandeau {{FoP-Austria}}

L'article 54 de la loi autrichienne sur les droits d'auteur stipule qu'il est permis de reproduire, de distribuer et de publier des œuvres architecturales correspondant à des bâtiments existants ou d'autres œuvres d'arts visuels qui ont été créées pour être installées de manière permanente dans un lieu public[1936-2018 Art.54(5)].

Les œuvres d'architecture peuvent être reproduites en général, y compris toutes les constructions permanentes et autres structures d'un seul tenant, les parties de bâtiment telles que les murs, les piliers, les fenêtres (y compris les vitraux d'églises), les portes et les escaliers, une vue complète de l'aménagement intérieur. Ceci comprend les photographies prises depuis les rues et les lieux publics, les terrains privés et l'intérieur des bâtiments. Cependant, les éléments de mobilier pris isolément ou les œuvres d'art ne peuvent pas être librement reproduits.

Pour les autres types d’œuvres, le téléversement d'une photographie sur Wikimedia Commons n'est couvert par la liberté de panorama de l'Autriche que si l'image remplit les critères légaux concernant le type de l’œuvre représentée, le lieu de la prise de vue et l'aspect permanent de l’œuvre. Les règles sont :

Type d’œuvre
  • ✓ : œuvres d'art visuel en deux dimensions (peintures, fresques, graffitis…)
  • ✓ : œuvres d'arts visuels en trois dimensions (sculptures)
  • ✘ : œuvres littéraires (textes)
  • ✘ : œuvres acoustiques (musique, discours, cloches, signaux sonores…)
Lieu de prise de vue
  • ✓ : rues et lieux publics
  • ✘ : terrains privés
  • ✘ : intérieur de bâtiments, y compris les églises, les musées et les théâtres
Caractère permanent
  • ✓ : œuvres créées pour rester de manière permanente dans un lieu public, par exemple : un mémorial
  • ✘ : œuvres placées dans un lieu public uniquement à titre temporaire
  • ✘ : designs de scènes en plein air
  • ✘ : publicités, y compris les affiches électorales

Même si les critères de la liberté de panorama ne sont pas respectés, il peut être possible de téléverser une image de l’œuvre sur Commons, par exemple si l’œuvre ne dépasse pas le seuil d'originalité, ou si les droits d'auteur ont expiré. Dans un tel cas, le bandeau de licence correspondant au domaine public est à utiliser à la place de {{FoP-Austria}}.

Timbres postaux

Red copyright.svg : le service postal autrichien (Österreichische Post) dispose d'un droit d'auteur limité pour tous les timbres postaux et les images affichées. Les timbres postaux peuvent être utilisés pour être vendus, pour l'industrie ou la publicité. Pour toute les autres demandes d'images (telles que les œuvres imprimées, les livres ou les encyclopédies), il est nécessaire de contacter le designer du timbre poste considéré, dans la mesure où il ne s'agit pas de publicité. Ceci empêche d'utiliser une licence générale en tant que modèle pour les timbres postaux. Pour chaque timbre, une autorisation doit être obtenue individuellement. Les adresses de contact des designers sont des données personnelles. Voir de:Wikipedia:Briefmarken#.C3.96sterreichische_Post (en allemand).

Seuil d'originalité

Ces logos ne sont X mark.svg Pas d'accord :

Voir aussi

Références

  1. a b Austria Copyright and Related Rights (Neighboring Rights). WIPO: World Intellectual Property Organization (2018). Retrieved on 2018-11-11.
  2. Federal Law on Copyright in Literary and Artistic Works and Related Rights (Copyright Law 1936, as amended up to Federal Law published in the Federal Law Gazette I No. 63/2018 (BGBI.I No. 63/2018)). Austria (2018). Retrieved on 2018-11-11.
  3. Eurobike: OGH, Beschluss vom 12.9.2001, 4 Ob 179/01d.
  4. See MM Walter, "Anmerkung zu OGH 22.11.1994, 4 Ob 1105/94 – 'Bundeshymne'" (1995) 13 Medien und Recht international 186 ("Es kann mE aber nicht fraglich sein, daß ein Werk durch eine solche Veröffentlichung oder Aufnahme in ein amtliches Werk nicht seinen urheberrechtlichen Schutz verliert […] Dies gilt insbesondere für Briefmarken, Münzen oder Banknoten; sie werden durch die Veröffentlichung in Amtsblättern (Bundesgesetzblatt, Verordnungsblatt etc), in denen ihre Herausgabe (mit Verordnung) angeordnet wird, nicht zu amtlichen Werken."); MM Walter, Österreichisches Urheberrecht (Medien und Recht 2008) 311 ("Was schließlich die (grafische) Gestaltung von Münzen und Banknoten anlangt, können diese urheberrechtlich geschützt sein. Auch sie sind schon deshalb keine amtlichen Werke, weil sie nicht ausschließlich oder vorwiegend zum amtlichen Gebrauch bestimmt sind. Davon abgesehen handelt es sich auch nicht um Sprachwerke und in der Regel auch nicht um Werke wissenschaftlicher oder belehrender Art im Sinn des § 2 Z 3 UrhG."); M Ciresa, "§ 7" in M Ciresa (ed), Österreichisches Urheberrecht (Orac R 19 2017) para 8 ("Lehr- und Prüfungsmaterialien von Universitäten und Hochschulen sind ebenfalls keine amtlichen Werke […] Dies gilt auch für die grafische Gestaltung von Münzen und Banknoten"); M Röttinger, "Das Urheberrecht an den Euro-Münzen und Euro-Banknoten" (2000) 11 ecolex 654, 655 ("Aufgrund der klaren und engen Formulierung von § 7 öUrhG stellt sich gar nicht ernsthaft die Frage, ob es sich bei Münzen bzw Münzbildern um freie Werke ('amtliche Werke') handelt.").
  5. Bauer logo.
  6. Oberster Gerichtshof statement.
  7. Zimmermann Fitness logo.
  8. Oberster Gerichtshof statement.
Attention : la description ci-dessus peut être inexacte, incomplète ou obsolète, elle doit donc être traitée avec prudence. Avant de déposer un fichier sur Wikimedia Commons, vous devez vous assurer qu’il peut être utilisé librement. Voir aussi : Commons:Avertissements généraux
Texte inclus de
COM:Belgium

Belgique

Cette page fournit un aperçu des règles de droit d'auteur de la Belgique applicables au téléchargement d'œuvres sur Wikimedia Commons. Notez que toute œuvre originaire de la Belgique doit appartenir au domaine public ou être disponible sous licence libre en Belgique et aux États-Unis avant de pouvoir être téléchargée sur Wikimedia Commons. En cas de doute sur le statut de droit d'auteur d'une œuvre de la Belgique, reportez-vous aux lois applicables pour plus de précisions.

Lois applicables

La Belgique est membre de la Convention de Berne depuis le 5 décembre 1887, du traité de l'OMPI sur le droit d'auteur depuis 30 août 2006 et de l'Organisation mondiale du commerce depuis le 31 mai 1995.[1]

En 2018, l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), une agence des Nations Unies, dit que la Code de droit économique (mis à jour le 10 septembre 2018) était la principale loi sur le droit d'auteur promulguée par la législature de la Belgique [1]. L'OMPI conserve le texte de cette loi dans sa base de données WIPO Lex (en anglais). Livre XI. de cette loi couvre la propriété intellectuelle et les secrets d’entreprise [2]. Le site web www.ejustice.just.fgov.be contient les textes néerlandais et français de cette loi.[3][4]

Règles générales

Selon la loi en date de 2018 (art. XI.166.) :

  • Le droit d'auteur se prolonge pendant septante ans après le décès de l'auteur. Les droits sur les œuvres créées par des employés ou sous contrat peuvent être transférés à l'employeur ou au titulaire du contrat[2013 Art. XI.166. § 1er.].
  • Lorsque l’œuvre est le produit d'une collaboration, le droit d'auteur existe au profit de tous les ayants droit jusque septante ans après la mort du dernier co-auteur survivant[2013 Art. XI.166. § 2.].
  • La durée de protection d'une œuvre audiovisuelle expire septante ans après le décès du dernier survivant parmi les personnes suivantes : le réalisateur principal, l'auteur du scénario, l'auteur des textes et l'auteur des compositions musicales avec ou sans paroles spécialement réalisées pour l’œuvre[2013 Art. XI.166. § 2.].
  • Pour les œuvres anonymes ou pseudonymes, la durée du droit d'auteur est de septante ans à compter du moment où l’œuvre est licitement rendue accessible au public. Toutefois, lorsque le pseudonyme adopté par l'auteur ne laisse aucun doute sur son identité ou si l'auteur se fait connaître durant la période visée à l'alinéa précédent, la durée de protection de l’œuvre est celle indiquée au paragraphe 1er[2013 Art. XI.166. § 3.].
  • Les durées indiquées dans le présent article sont calculées à partir du 1er janvier de l'année qui suit le fait générateur[2013 Art. XI.166. § 7.].
  • Ni l'auteur, ni le propriétaire d'un portrait, ni tout autre possesseur ou détenteur d'un portrait n'a le droit de le reproduire ou de le communiquer au public sans l'assentiment de la personne représentée ou celui de ses ayants droit pendant vingt ans à partir de son décès[2013 Art. XI.174.].

Bandeaux de licence

Monnaie

Billets de banque

X mark.svg Pas d'accord Les billets libellés en francs belges émis par la Banque nationale de Belgique peuvent encore être échangés pour une durée indéterminée. La Banque détient toujours les droits d'auteur sur la conception des billets de banque qu'elle a émis, conformément à la législation sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, ces billets ne peuvent être reproduits sans l'autorisation de la Banque, sous réserve du respect des conditions que la Banque a fixées. Le même type de restrictions s’applique aux reproductions de billets en francs belges et aux billets en euros.[5]

Pièces de monnaie

Pictogram-voting-question.svg inconnu

De minimis

Art. Le XI.190 du Code de droit économique dispose :

  • Lorsque l’œuvre a été licitement divulguée, l'auteur ne peut interdire : ... 2° la reproduction et la communication au public de l’œuvre exposée dans un lieu accessible au public, lorsque le but de la reproduction ou de la communication au public n'est pas l’œuvre elle-même ... ;

Liberté de panorama

Symbol OK.svg  : {{FoP-Belgium}}

Depuis le 1er janvier 2015, la loi belge sur le droit d'auteur est définie par le titre 5 du livre XI (propriété intellectuelle) du code de droit économique. Elle a remplacé la loi sur le droit d'auteur du 30 juin 1994. Le 16 juin 2016, le Parlement belge a introduit la liberté de panorama de en ajoutant ce qui suit à l'article XI. .190 du Code de droit économique :

  • Lorsque l’œuvre a été licitement divulguée, l'auteur ne peut interdire : ... 2/1° la reproduction et la communication au public d’œuvres d'art plastique, graphique ou architectural destinées à être placées de façon permanente dans des lieux publics, pour autant qu'il s'agisse de la reproduction ou de la communication de l’œuvre telle qu'elle s'y trouve et que cette reproduction ou communication ne porte pas atteinte à l'exploitation normale de l’œuvre ni ne cause un préjudice injustifié aux intérêts légitimes de l'auteur[2018 Art.XI.190] ;

La loi a été promulguée le 27 juin, publiée le 5 juillet et entrée en vigueur le 15 juillet 2016.

Remarques:

  • Une explication jointe à une version provisoire de la disposition relative à la liberté de panorama indiquait que cette disposition était destinée à s'appliquer aux lieux "accessibles en permanence" au public, tels que les rues et les places publiques, et qu'elle n'était pas destiné à être appliqué à l'intérieur de musées publics ou d'autres bâtiments qui ne sont pas ouverts au public de façon permanente. Selon l'explication, si une œuvre d'art est située à l'intérieur d'un bâtiment qui n'est pas ouvert en permanence au public, l'artiste ne s'est peut-être pas attendu à une exposition publique de l'œuvre.
  • Avant le 15 juillet 2016, il n'y avait pas de liberté de panorama en Belgique. Les œuvres d'art modernes ne pourraient constituer le motif central d'une photographie disponible dans le commerce sans l'autorisation du détenteur des droits d'auteur. Voir aussi cette discussion de 2009.
  • Une autre exception au droit d'auteur, le de minimis, est énoncée à l'article XI.190 (ancien article 22 de la loi de 1994) de la loi: " Lorsque l’œuvre a été licitement [3 divulguée]3, l'auteur ne peut interdire : [...] 2 ° la reproduction et la communication au public de l’œuvre exposée dans un lieu accessible au public, lorsque le but de la reproduction ou de la communication au public n'est pas l’œuvre elle-même [...] ". Ces conditions ne doivent plus être remplies si les conditions de liberté de panorama énoncées ci-dessus sont remplies.

Timbres postaux

Red copyright.svg En Belgique, l'image d'un timbre est libre de droits lorsque les conditions suivantes sont remplies: 70 ans après l'émission du timbre par La Poste / De Post et 70 ans après la disparition du concepteur de l'image sur le timbre.

Les œuvres des artistes suivants sont dans le domaine public car l'artiste est décédé avant le 31 décembre 1945.

Les œuvres des artistes suivants seront dans le domaine public le 1er janvier, 70 ans après leur décès

Voir aussi

Références

  1. a b Belgium Copyright and Related Rights (Neighboring Rights). WIPO: World Intellectual Property Organization (2018). Retrieved on 2018-11-11.
  2. Code of Economic Law (updated on September 10, 2018). Belgium (2018). Retrieved on 2018-11-11.
  3. Wetboek van economisch recht (in Dutch). Retrieved on 2019-3-24.
  4. Code de droit économique (in French). Retrieved on 2019-03-24.
  5. Reproduction of Belgian franc banknotes. National Bank of Belgium. Retrieved on 2019-03-24..
Cite error: <ref> tag with name "News20160512" defined in <references> is not used in prior text.
Attention : la description ci-dessus peut être inexacte, incomplète ou obsolète, elle doit donc être traitée avec prudence. Avant de déposer un fichier sur Wikimedia Commons, vous devez vous assurer qu’il peut être utilisé librement. Voir aussi : Commons:Avertissements généraux
Texte inclus de
COM:France

France

Cette page fournit un aperçu des règles de droit d'auteur de la France applicables au téléchargement d'œuvres sur Wikimedia Commons. Notez que toute œuvre originaire de la France doit appartenir au domaine public ou être disponible sous licence libre en France et aux États-Unis avant de pouvoir être téléchargée sur Wikimedia Commons. En cas de doute sur le statut de droit d'auteur d'une œuvre de la France, reportez-vous aux lois applicables pour plus de précisions.

Lois applicables

La France est membre de la Convention de Berne depuis le 5 décembre 1887, de l'Organisation mondiale du commerce depuis le 1 janvier 1995 et du traité WIPO sur le droit d'auteur depuis le 14 mars 2010.[1]

Les lois correspondantes se trouvent dans le premier livre du Code de la Propriété intellectuelle[2][3]. Le code comprend des dispositions transposées de la Directive européenne sur le droit d'auteur de 1993].[4]

En 2018, l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), une agence des Nations Unies, mentionne le Code de la Propriété Intellectuelle (version consolidée en date du 7 septembre 2018) comme étant la principale loi sur la propriété intellectuelle promulguée par la législature de la France.[1] L'OMPI conserve le texte de cette loi dans sa base de données WIPO Lex (en anglais).[5]

Généralités

  • Standard copyright term: Life + 70 years, (except posthumous works, musical works, and works whose author "died for France", which are protected for an additional 30 years)
  • Wartime copyright extensions may apply to musical works: + 6 years 152 days for musical work published through 1920 (Art. L123-8); + 8 years and 120 days for musical work published through 1947 (Art. L123-9); these extensions are cumulative with each other and with the "died for France" extension:
  • Anonymous works: 70 years after publication (if author never disclosed)
  • Posthumous works: 25 years from publication
  • Government works: not free except for video, text and graphics published on the gouvernement.fr site (Please use{{Gouvernement.fr}})

The normal duration of copyright is 70 years following the end of the year of death of the author (or the death of the last author for multiple authors); if the work is anonymous, pseudonymous or collective, it is 70 years following the end of the year of publication of the work (unless the authors named themselves). This applies only if publication occurs within 70 years of creation (see Article L132-3).

Images issues de sites web publics

Le gouvernement français a souvent recours à des photographes professionnels, qui ne sont pas des employés du gouvernement, pour réaliser des photographies officielles. Ces photographes vendent ensuite généralement les droits d'utilisation de la photographie au gouvernement. Dans de telles circonstances, le gouvernement ne détient pas le droit d'auteur sur la photographie et ne peut donc pas nous accorder une licence d'utilisation, même s'il le souhaitait.

Les règles de protection des œuvres par le gouvernement ne sont pas bien définies. On devrait supposer par défaut que tout ce qui provient d'une entité gouvernementale est protégé par le droit d'auteur. Il convient de se référer à la loi du 17 juillet 1978 et au décret du 30 décembre 2005.[6][7]

Les lois, décrets, décisions de justice et autres textes gouvernementaux similaires (mais pas leurs traductions ou commentaires), éventuellement trouvés sur le site Légifrance, sont dans le domaine public. Cela semble être reconnu par les termes du droit d'auteur de Légifrance.

Les vidéos, les textes et les illustrations publiées sur le site web gouvernement.fr sont placés sous licence Creative Commons (CC BY 3.0 FR). Attention, car ceci ne s'applique pas aux photographies. Cependant, il est possible d'importer des images tirées des vidéos. Merci d'utiliser {{Gouvernement.fr}}. Sauf si vous savez exactement ce que vous faites, veuillez vous abstenir de copier des photos issues des sites web du gouvernement français vers Commons. Merci.

Extensions du droit d'auteur en temps de guerre

On February 27, 2007, the Court of Cassation, supreme jurisdiction, first civil chamber, ruled in the Hazan case (arrêt n° 280 du 27 février 2007) that articles L123-8 and L123-9, extending the duration of protection to compensate for wartimes, were not applicable to works for which an extended protection period (beyond 70 years) had not started to elapse on July 1, 1995.[8][9] The judgment regarding Giovanni Boldini's work was broke too, by the same court.[10]

En pratique, il ne reste que des prolongations pour des auteurs "Mort pour la France", mais même ceci est controversé.

Antérieurement, la loi française offrait des prorogations de guerre[5]. Ces prorogations étaient :

  • de 6 ans et 152 jours pour la Première Guerre mondiale
  • de 8 ans et 120 jours pour la Seconde Guerre mondiale
  • 30 ans pour les personnes mortes pour la France ; ceci comprend, par exemple, Alain-Fournier (1er janvier 1915 +50+30+6+8 ans +152+120 jours = 30 septembre 2009), Antoine de Saint-Exupéry et Jehan Alain.

De nombreuses prorogations ont été ajoutées conjointement.

It was previously assumed that the European directive on copyright did not necessarily suppress these extensions:

  • Article 10 - Where a term of protection, which is longer than the corresponding term provided for by this Directive, is already running in a Member State on the date referred to in Article 13 (1), this Directive shall not have the effect of shortening that term of protection in that Member State.

According to the French Ministry of Culture, the legal status of these extensions, adopted when copyright was 50 years after death, was unclear in the context of the new 70-year law; the Ministry called for erring on the side of caution and assuming they are valid.[11]

Il a aussi été considéré que des détenteurs de droits désirent appliquer ces prolongations. En 2005, les détenteurs des droits ont exigé un paiement pour un film dont un personnage sifflait l'Internationale, dont l'auteur est mort en 1932 (voir aussi Template:PD-Internationale pour plus d'informations). D'un autre côté, la Cour d'appel de Paris a rendu un jugement contraire à l'application des prolongations en 2004. Cependant, le 12 octobre 2005, une autre section du même tribunal a appliqué la prolongation afin que l’œuvre du peintre Giovanni Boldini, mort en 1931, ne tombe pas dans le domaine public avant fin 2016.

Œuvres d'art, y compris d'architecture, exposées dans des espaces publics

L'architecte d'un bâtiment remarquable détient des droits d'auteur sur les représentations de ce bâtiment, y compris les cartes postales et les photographies. Par exemple, l'architecte de la pyramide située sur le parvis du musée du Louvre peut revendiquer des droits d'auteur sur des images de la pyramide. Ceci, par exemple, est aussi valable pour le concepteur de systèmes d'éclairage ; ainsi, l'entreprise gérant la Tour Eiffel revendique des droits d'auteur sur les images de la tour lorsqu'elle est illuminée la nuit.

However, ruling #567 of March 15, 2005 of the Court of Cassation denied the right of producers of works of arts installed in a public plaza over photographs of the whole plaza:

Because the Court has noticed that, as it was shown in the incriminated images, the works of Mr X... and Z... blended into the architectural ensemble of the Terreaŭx plaza, of which it was a mere element, the appeals court correctly deduced that this presentation of the litigious work was accessory to the topic depicted, which was the representation of the plaza, so that the image did not constitute a communication of the litigious work to the public

The court draws a distinction between depictions of a work of art, and depictions of whole settings of which the work of art is a mere part, and denies the right of the artist over such images.

Alors que des architectes peuvent détenir des droits sur les œuvres dérivées de leurs œuvres d'art, ceci n'est pas valable pour les propriétaires d’œuvres d'art ou de bâtiments, en général. Le résumé des conclusions d'un jugement du 7 mai 2004 délivré par la Cour de Cassation indiquait :[12]

The owner of a thing does not have an exclusive right over the image of this thing; he or she can however oppose the usage of this image by a third party if this usage results in an abnormal disturbance to him or her."

In this decision, the court excluded that the owner of a hotel, who had made extensive repairs and enhancements to the buildings at high costs, could claim exclusive rights to the image of that hotel: merely demonstrating that the costs supported did not demonstrate that the publishing of images was an abnormal disturbance.

The Court already ruled on [ June 5, 2003], that the right of property comprised absolutely no right to the image of this property.[13] However, they also upheld the right to privacy of the homeowners: in this case, not only a photograph of a house was published, but also its exact location and the name of the owners. Earlier rulings similarly rejected requests based on ownership without a justification of an abnormal disturbance.[14]

Bandeaux de licence

  • {{PD-France}} – Dans le domaine public parce que le ou les auteurs sont morts depuis plus de 70 ans et n'ont bénéficié d'aucune prolongation des droits d'auteur, ou qu'il s'agit d'une œuvre anonyme, sous pseudonyme ou collective et que plus de 70 ans se sont écoulés depuis sa publication, ou qu'il s'agit d'un enregistrement d'une œuvre audiovisuelle ou musicale déjà tombée dans le domaine public, et que plus de 50 ans se sont écoulés depuis la réalisation de cet enregistrement.
  • {{PD-Archivesnormandie}} – Pour les images issues du site Archives Normandie 1939-45. Les images créditées Archives nationales des États-Unis ou archives nationales du Canada et signalées comme étant "libres de droits" sont dans le domaine public.
  • {{PD-BnFMandragorePic}} – Pour les versions numérisées d'images anciennes de la base de données Mandragore de la Bibliothèque nationale de France[15].
  • {{PD-GallicaScan}} – Pour les versions numérisées de livres anciens issus de la bibliothèque gallica.bnf.fr à la Bibliothèque Nationale de France
  • {{PD-JORF}} – Pour les textes juridiques officiels français tels que publiés dans le Journal officiel de la République Française ou reproduits sur Légifrance ; remarque : tous les textes figurant sur Légifrance ne sont pas exempts de droits d'auteur, il en existe de nombreux autres, protégés mais placés sous des licences libres, et parfois sous des licences non libres.
  • {{PD-JORF-nor-conso}} – Avec NOR (numéro d'identification) et index du texte mis à jour.
  • {{PD-ID-France}} – Ne peut prétendre aux droits d'auteur et se trouve par conséquent dans le domaine public parce qu'il s'agit d'une photographie d'identité française valide juridiquement.
  • {{Licence Ouverte}} — Pour les documents publiés sous la Licence Ouverte (par exemple sur http://data.gouv.fr).
  • {{Gouvernement.fr}} — Pour les extraits de vidéos, de textes ou d'infographies publiées sur le site internet du gouvernement français.

Monnaie

Symbol OK.svg  En ce qui concerne l’ancienne monnaie française (« francs »), la jurisprudence indique que le droit d’auteur existe, mais est paralysé par « l’attribution à l’intérêt général et au caractère de service public » de la monnaie. Voir, par exemple, Cour de cassation du 5 février 2002.[16]

Veuillez utiliser le modèle {{Money-FR}}.

De minimis

Cette photo n’est pas une violation du droit d’auteur, car elle concerne toute la place et pas seulement la pyramide du Louvre.
Le triangle blanc dans cet ouvrage dérivé couvre la région protégée par le droit d'auteur de l'image supérieure.

La jurisprudence française admet une exception si l'œuvre protégée par le droit d'auteur est "accessoire par rapport au sujet principal représenté ou traité" (CA Paris, 27 octobre 1992, Antenne 2 c/ société Spadem, « la représentation d'une œuvre située dans un lieu public n'est licite que lorsqu'elle est accessoire par rapport au sujet principal représenté ou traité »). Ainsi, l'arrêt n ° 567 du 15 mars 2005 de la Cour de cassation a nié le droit des producteurs d'œuvres d'art installées sur une place publique sur les photographies de la place entière:[17]

  • Parce que la cour a remarqué que, comme le montrent les images incriminées, les œuvres de MM. X ... et Z ... se sont fondues dans l'ensemble architectural de la place des terreaux, dont elle n'était qu'un élément, les recours Le tribunal a correctement déduit que cette présentation de l’œuvre litigieuse était accessoire au sujet décrit, à savoir la représentation de la place, de sorte que l’image ne constituait pas une communication de l’œuvre litigieuse au public.[18]


La jurisprudence française indique que ladite œuvre ne doit pas être intentionnellement incluse dans le cadre: elle doit être inévitablement visible sur la photo. (CA Versailles, 26 janvier 1998, Sté Movie box c/ Spadem et a.) :

  • Il peut être considéré comme une représentation illicite d’une statue de Maillol, la diffusion d’un message publicitaire dans lequel il apparaît, car il n’a pas été inclus dans une séquence filmée dans un cadre naturel - ce qui expliquerait la brève et non essentielle à la sujet principal, l’apparence de la sculpture, située dans le jardin des Tuileries, mais utilisée comme élément du décor.

Liberté de panorama

X mark.svg Pas d'accord {{NoFoP-France}}

Merci de marquer les demandes de suppression pour manque de liberté de panorama en France : <noinclude>[[Category:French FOP cases/pending]]</noinclude>

Le 7 octobre 2016, le Parlement français a approuvé une loi reconnaissant une version limitée de la liberté de panorama autorisant la reproduction par des particuliers (et non par des organisations) d'édifices et de sculptures situés de manière permanente dans un espace public, mais uniquement à des fins non commerciales[19][20].

  • Reproductions et représentations d'œuvres architecturales et de sculptures, placées de manière permanente sur la voie publique, effectuées par des personnes physiques, à l'exclusion de toute utilisation commerciale.[L.122 5]}}

A court recently (TGI Lyon, 4 avril 2001, Buren & a. c/ Tassin & a. emphasized that "droit d'auteur unquestionably applies to the reproduction of artworks placed in public space" («  »). Concerning buildings, case law defines several criteria for originality:[21]

  • "a definite artistic character" (« un caractère artistique certain »), as opposed to the building being purely functional, and not being part of a series (as is the case in housing development) (CA Riom, 26 May 1966) [ this decision has been criticised as the law explicitly states copyright protection is granted regardless of merit, art.L.112-1 of the French copyright act but another decision of French supreme court concludes on 20 october 2011 that creation must be original as required by art 111-1 of French copyright act and that it is up to appeal court to decide if it is original work or not.[22]
  • a harmonious combination of its composing elements, like volumes and colours (TGI Paris, 19 June 1979)
  • an “esthetic preoccupation ”, here the choice of a sphere and of a mirror surface (CA Paris, 23 October 1990, about en:La Géode)
  • a choice which cannot be ascribed to purely technical reasons (CA Paris 20 November 1996, about stairs and a glass roof)
  • Works are protected if the creation is original, but not if the realization is purely technical.[23]
  • Works without a particular or original character, which are a trivial reproduction of building types largely found across the country, are not protected. (#13).[24]
  • It is up to the author or an architectural, art or picture work to prove that it is original and not just application of a technical knowledge.[22]

Case law traditionally admits an exception if the copyrighted artwork is "accessory compared to the main represented or handled subject" (CA Paris, 27 octobre 1992, Antenne 2 c/ société Spadem, « la représentation d'une œuvre située dans un lieu public n'est licite que lorsqu'elle est accessoire par rapport au sujet principal représenté ou traité »). Thus, ruling #567 of March 15, 2005 of the Court of Cassation denied the right of producers of works of art installed in a public plaza over photographs of the whole plaza:

  • Because the Court has noticed that, as it was shown in the incriminated images, the works of Mr X... and Z... blended into the architectural ensemble of the Terreaux plaza, of which it was a mere element, the appeals court correctly deduced that this presentation of the litigious work was accessory to the topic depicted, which was the representation of the plaza, so that the image did not constitute a communication of the litigious work to the public.

Case law states that the said artwork must not be intentionally included as an element of the setting: its presence in the picture must be unavoidable (CA Versailles, 26 janvier 1998, Sté Movie box c/ Spadem et a.):

Courts are traditionally lenient with pictures showing urban landscapes, cf. Tour Montparnasse, C.A. Paris - 7 novembre 1980.[25]

  • Copyright protection expires 70 years after the death of the original author (who is defined as the creator or designer) here. On January 1st of the following year (ie. January 1 of the 71st Year), freely licensed images of the author's 3D works such as sculptures, buildings, bridges or monuments are now free and can be uploaded to Wikimedia Commons. The lack of Freedom of Panorama is no longer relevant here for states with no formal FOP since the author's works are now copyright free.

If the subject of the picture is either a building or an architectural artwork, and if the picture is already used on the French-speaking Wikipedia, w:fr:Utilisateur:Le plus bot can transfer the picture from Commons to this local Wikipedia under a local exception, as voted by the community in 2006 and 2011 (see w:fr:Wikipédia:Exceptions au droit d'auteur#Exceptions).

  • This minimal exception is only for the illustration of the most directly related article in French Wikipedia (this illustration is not usable elsewhere), or outside French Wikipedia.
  • Their licencing terms must not permit their extension to derived works (for example, sales of these pictures is not authorized, as well as offline republication or online republication via external proxies and aggregators)
  • The copyrighted protection must be stated explicitly in their description page, with relevant licencing templates tracking usage of these images in French Wikipedia.
  • The image description page will also display the full list of local pages (most often only one) embedding for their illustration a very limited number of such medias (images in galleries showing all artistic and creative aspect of the same copyrighted subject should not be integrated in these French Wikipedia articles: generally a single illustration is enough). These images should not be integrated in templates reusable in an unbound number of pages.
  • Most free images currently hosted on French Wikipedia should be transferred to Commons, so that French Wikipedia will only host non-free copyrighted materials subject to these restrictions: this will allow remote proxies or Wikipedia contents aggregators, or other linguistic editions of Wikipedia to block these images, even if they display the rest of articles embedding these non-free illustration images, only by looking at the prefix of their URL on the image servers (instead of displaying these images, they can display only their textual description with a direct link to the French Wikipedia article showing these images covered by this exception).
  • Do not transfer these non-free images currently hosted by French Wikipedia (including corporate logos unless they are accessory to the rest of the image and unavoidable) to any other editions of Wikipedia or to other Wikimedia sites (including Commons, as stated by licencing templates shown in their description pages in French Wikipedia).
  • Even if these non-free images are now tolerated in French Wikipedia articles, the legitimate copyright holders can send their veto so that these images will be deleted on French Wikipedia too. The same deletion will occur when receiving a French court order: their long-term presence is not warranted as long as the copyright protection persists.

Timbres postaux

Red copyright.svg According to La Poste, French stamps have the same legal status as any other work of art. Stamps by designers deceased more than 70 years ago (plus years of war) are public domain.[26] The names of the artists are generally printed at the bottom of the stamps or its main picture. Check the individual artists death dates in the frwiki category: Dessinateur de timbres/Stamp designers and also the French Phil-ouest website that lists many more than have wiki articles.[27]

Au 1er janvier 2015, il semble que tous les timbres postaux français émis jusqu'en 1922 se trouvent dans le domaine public (il reste un doute concernant le timbre de 1919 connu sous le nom de "Les deux orphelins", car aucune information n'a été trouvée sur la date de décès de Jagraud).

La liste suivante d'artistes dont les œuvres sont tombées dans le domaine public parce qu'ils sont morts avant le 31 décembre 1948 n'est pas exhaustive :

Les œuvres des artistes suivants seront dans le domaine public le 1er janvier, 70 ans après leur décès :

  • Cortot, Henri (1892-1950)[28] @2022
  • Ouvré, Achille (1872-1951) @2022
  • Hourriez, Georges (1878-c1952)[29] @c2023
  • Dulac, Edmond (1882-1953) @2024
  • Nézière, Raymond de la (1865-1953) @2024
  • Feltesse, Émile Henri (1881-1955) @2026
  • Barlangue, Gabriel Antoine (1874-1956) @2027
  • Dufresne, Charles Paul (1885-1956) @2027
  • Lemasson, Henri (1870-1956) @2027
  • Cheffer, Henry (1880-1957) @2028
  • Rigal, Louis Pierre (1888-1959) @2030
  • Munier, Pierre (1889-1962) @2033
  • Cocteau, Jean (1889-1963) @2034
  • Mazelin, Charles (1882-1964) @2035
  • Louis, Robert (1902-1965) @2036
  • Serres, Raoul (1881-1971) @2042
  • Cami, Robert (1900-1973) @2044
  • Lemagny, Paul Pierre (1905-1977) @2048
  • Spitz, André (1883-1977) @2048
  • Piel, Jules (1882-1978) @2049
  • Picart Le Doux, Jean (1902-1982) @2053
  • Monvoisin, Michel (1932-1982) @2053
  • Miró, Joan (1893-1983) @2054
  • Fernez Louis (1900-1984) @2055
  • Decaris, Albert (1901-1988) @2059
  • Delpech, Jean (1916-1988) @2059
  • Haley, Claude (1923-1988) @2059
  • Gandon, Pierre (1899-1990) @2061
  • Pheulpin, Jean (1907-1991) @2062
  • Cottet, René (1902-1992) @2063
  • Combet, Jacque (1920-1993) @2064
  • Peynet, Raymond (1908-1999) @2070
  • Hundertwasser, Friedensreich (1928-2000) @2071
  • Leguay, Marc (1910-2001) @2072
  • Durrens, Claude (1921-2002) @2073
  • Hertenberger, Claude (1912-2002) @2073
  • Bridoux, Charles (1942-2003) @2074
  • Dessirier, René (1919-2003@2074
  • Guillame, Cécile (1933-2004) @2075
  • Folon, Jean-Michel (1934-2005) @2076
  • Forget, Pierre (1923-2005) @2076
  • Lacaque, Eugène (1914-2005) @2076
  • Slania, Czeslaw (1921-2005) @2076
  • Schach-Duc, Yvonne (1933-2009) @2080
  • Saison, Huguette (1929-2011) @2082
  • Mathieu, Georges (1921-2012) @2083
  • Béquet, Pierre (1932-2012) @2083
  • Leliepvre, Eugène (190-2013) @2084
  • Wou-Ki, Zao (1920-2013) @2084
  • Markó, Serge (1926-2014) @2085
  • Taraskoff, Mark (1955-2015) @2086
  • Quillivic, René (1925-2016) @2087
  • Andréotto, Claude (1949-2017) @2088

Seuil d'originalité

Contrairement à la doctrine "de la créativité" aux États-Unis et en Allemagne, ou à la doctrine de "la sueur du front" au Royaume-Uni, le droit français affirme qu'une œuvre est susceptible de droit d'auteur lorsqu'elle porte "l'empreinte de la personnalité de l'auteur. En pratique, cela dépend du travail en question, mais cela a laissé la barre assez basse pour de nombreux travaux où une intention artistique peut être montrée. Pour une exposition d’art, un homme a placé le mot "paradis" avec des lettres dorées au-dessus de la porte de la salle de bain de l’ancien dortoir des alcooliques dans un établissement psychiatrique, et l’a qualifié de œuvre d'art; les tribunaux français ont convenu avec lui que le droit d'auteur était fondé sur ses choix esthétiques ("apposant le mot ' paradis ' en or à effet patiné et un graphisme spécial sur la porte délabrée, la croix en forme de serrure , encastré dans un mur en ruine avec de la peinture qui s'écaille ").

[30]

La France a "un seuil d'originalité légèrement plus élevé en général, et particulièrement dans le contexte des œuvres photographiques".[31]

Une décision de la Cour suprême en octobre 2011, qui allait de pair avec une décision de la cour d'appel, déclarait qu'une image assez artistique de deux poissons sur une plaque jaune évoquant un plat traditionnel marseillais ne pourrait pas être protégée par la loi française en raison d'un manque d'originalité. [22] Selon cette décision, le niveau d'originalité requis par cette cour d'appel est très élevé. Cette décision a été critiquée, mais la Cour suprême française ne contrôle pas les faits mais seulement l’interprétation du droit.

Voir aussi

Références

  1. a b France Copyright and Related Rights (Neighboring Rights)[1], WIPO: World Intellectual Property Organization, 2018
  2. Code de la propriété intellectuelle (in French). Retrieved on 2019-03-25.
  3. Code of Intellectual Property.
  4. Council Directive No. 93/98/EEC of 29 October 1993 harmonizing the term of protection of copyright and certain related rights. WIPO. Retrieved on 2019-03-25.
  5. a b Intellectual Property Code (consolidated version as of September 7, 2018)[2], France, 2018
  6. Loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 portant diverses mesures d'amélioration des relations entre l'administration et le public et diverses dispositions d'ordre administratif, social et fiscal Version consolidée au 25 mars 2019 (in French). Retrieved on 2019-03-25.
  7. Décret n°2005-1755 du 30 décembre 2005 relatif à la liberté d'accès aux documents administratifs et à la réutilisation des informations publiques, pris pour l'application de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978. Version consolidée au 25 mars 2019 (in French). Retrieved on 2019-03-25.
  8. 04-12.138 Arrêt n° 280 du 27 février 2007 (in French). Cour de cassation - Première chambre civile. Retrieved on 2019-03-25.
  9. Communiqué relatif aux arrêts n°280 et n°281 rendus le 27 février 2007 (in French). Cour de cassation. Retrieved on 2019-03-25.
  10. Arrêt n° 281 du 27 février 2007 (in French). Cour de cassation. Retrieved on 2019-03-25.
  11. Numérisation (in French). Ministère de la Culture. Retrieved on 2019-03-25.
  12. N° de pourvoi: 02-10450 (in French). Cour de cassation (7 May 2004). Retrieved on 2019-03-25.
  13. N° de pourvoi: 02-12853 (in French). Cour de cassation (5 June 2003). Retrieved on 2019-03-25.
  14. N° de pourvoi: 99-10709 (in French). Cour de cassation chambre civile 1 (May 2, 2001). Retrieved on 2019-03-25.
  15. Mandragore, base des manuscrits enluminés de la BnF (in French). Bibliothèque Nationale de France. Retrieved on 2019-03-25.
  16. Clotilde Alric. La Cour de cassation confirme que les billets de banque ne sont pas protégés par le code de la propriété intellectuelle (in French). LegalNews. Retrieved on 2019-03-25.
  17. 03-14.820 Arrêt n° 567 du 15 mars 2005 (in French). Cour de cassation. Retrieved on 2019-03-25.
  18. ... Attendu qu’ayant relevé que, telle que figurant dans les vues en cause, l’oeuvre de MM. X... et Z... se fondait dans l’ensemble architectural de la place des Terreaux dont elle constituait un simple élément, la cour d’appel en a exactement déduit qu’une telle présentation de l’oeuvre litigieuse était accessoire au sujet traité, résidant dans la représentation de la place, de sorte qu’elle ne réalisait pas la communication de cette oeuvre au public ...
  19. Manara, Cedric, La Nouvelle « Exception De Panorama ». Gros Plan Sur L’Article L. 122-5 10° Du Code Français De La Propriété Intellectuelle (The New 'Panorama Exception' in French Copyright Law) (August 20, 2016). Forthcoming, Revue Lamy Droit de l'Immatériel, 2016. Available at SSRN: https://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=2828355
  20. Marc Rees (30 June 2016). Loi Numérique : la liberté de panorama limitée, mais consacrée (in French). NextImpact.
  21. Résumé de la décision : TGI Lyon, 4 avril 2001, Buren et a. c/ Tassin et a. (in French). Retrieved on 2019-03-25.
  22. a b c Joëlle Verbrugge (28 October 2011). Originalité, bouillabaisse et contrefaçon. "l’originalité s’entend du reflet de la personnalité de l’auteur ou de la révélation d’un talent créateur ... l’originalité ne se confond pas avec la compétence professionnelle . En d’autres termes, la simple notoriété et compétence d’un photographe ne fait pas de chacune de ses créations une œuvre originale susceptible de protection. le photographe ne rapportait pas à suffisance la preuve d’une « activité créatrice révélant sa personnalité, nonobstant la position en arc de cercle des poissons et l’angle de prise de vue utilisé« , avant de considérer, sur le plan technique que « ce cliché n’est révélateur d’aucune recherche dans les éclairages adéquats, la tonalité des fonds, l’environnement mobilier et les angles de prise de vue. Il ne constitue ainsi qu’une prestation de services techniques ne traduisant qu’un savoir faire."
  23. Jacques-Franck (21 July 2008). "Les architectes face au droit d'auteur", par Agnès Tricoire, avocat. (in French). Retrieved on 2019-03-25.
  24. archive copy at the Wayback Machine (archived on 11 January 2014) Etendue et limites du droit d’auteur de l’architecte sur l’œuvre architecturale
  25. « s’agissant d’un élément d’un ensemble architectural qui constitue le cadre de vie de nombreux habitants d’un quartier de Paris (…), le droit à protection cesse lorsque l’œuvre en question est reproduite non pas en tant qu’œuvre d’art, mais par nécessité, au cours d’une prise de vue dans un lieu public ; sur la carte postale litigieuse, la Tour Montparnasse n’a pas été photographiée isolément mais dans son cadre naturel qui ne fait l’objet d’aucune protection. » Source: [3].
  26. REPRODUCTION DES TIMBRES-POSTE. La Poste. Retrieved on 2019-01-29.
  27. Les artistes graveurs ou dessinateurs et leurs timbres (in French). Phil-Ouest. Retrieved on 2019-03-25.
  28. Cortot, Henri (1892-1950) (in French). catawiki.fr.
  29. User talk:Stan Shebs#French stamps / Les 72 timbres, blocs-feuillets, carnets français ou timbres à date de Georges Hourriez - Page 2 (in French). Phil Ouest. Retrieved on 2019-03-25.
  30. Paradis. Photobucket. Retrieved on 2019-03-25.
  31. Mathilde Pavis (University of Exeter) (15 July 2015). Forgive my French: copyright ‘a la carte’ for photographic works. Retrieved on 2019-01-29.
Attention : la description ci-dessus peut être inexacte, incomplète ou obsolète, elle doit donc être traitée avec prudence. Avant de déposer un fichier sur Wikimedia Commons, vous devez vous assurer qu’il peut être utilisé librement. Voir aussi : Commons:Avertissements généraux
Texte inclus de
COM:Liechtenstein

Liechtenstein

Cette page fournit un aperçu des règles de droit d'auteur du Liechtenstein applicables au téléchargement d'œuvres sur Wikimedia Commons. Notez que toute œuvre originaire du Liechtenstein doit appartenir au domaine public ou être disponible sous licence libre au Liechtenstein et aux États-Unis avant de pouvoir être téléchargée sur Wikimedia Commons. En cas de doute sur le statut de droit d'auteur d'une œuvre du Liechtenstein, reportez-vous aux lois applicables pour plus de précisions.

Lois applicables

Le Liechtenstein est membre de la Convention de Berne depuis le 30 juillet 1931, de l'Organisation mondiale du commerce depuis le 1er septembre 1995 et du Traité des droits d'auteur de l'OMPI depuis le 30 avril 2007.[1]

As of 2018 the World Intellectual Property Organization (WIPO), an agency of the United Nations, listed the Law of May 19, 1999, on Copyright and Neighboring Rights (consolidated version of December 19, 2006) as the main IP law enacted by the legislature of Liechtenstein.[1] WIPO holds the machine-translatable German text of this law in their WIPO Lex database.[2] The Liechtenstein Law Gazette holds the text in German.[3]

Règles générales

Under the 1999 Law on Copyright and Neighboring Rights, amended 2006,

  • A work is protected by copyright from the time it is created. The protection expires 70 years after the death of the author.[1999-2006 Art.32]
  • If several people have participated in the creation of a work, protection expires 70 years after the death of the last surviving co-author.[1999-2006 Art.33.1]
  • Where the individual contributions can be separated, each is protected for 70 years after the death of the author.[1999-2006 Art.33.2]
  • The term of protection of cinematographic or other audiovisual works expires 70 years after the death of the last survivor of the main director, author of the screenplay, the author of the dialogue and the composer of the music made specifically for the film or audiovisual work in question.[1999-2006 Art.33.3]
  • If the author of a work is unknown, protection expires 70 years after publication. If the author becomes known during this period, protection expires 70 years after her death.[1999-2006 Art.34]
  • The term of protection lasts to 31 December of the year which it expires.[1999-2006 Art.35]

Œuvres non protégées

Under the 1999 Law on Copyright and Neighboring Rights, amended 2006, the following are not protected: a) laws, regulations, international treaties and other official instruments; b) means of payment; c) decisions, records and reports of authorities and public administrations; d) patents, and published patent applications. Also not protected are official or legally required collections and translations of the above works.[1999-2006 Art.5]

Monnaie

Symbol OK.svg  According to the Law of May 19, 1999, on Copyright and Neighboring Rights, "Copyright protection shall not subsist in .. means of payment".[1999-2006 Art.5]

Please use {{PD-Liechtenstein-official}} for the corresponding currency images.

Liberté de panorama

Symbol OK.svg  {{FoP-Liechtenstein}}

The 1999 Law on Copyright and Neighboring Rights, amended 2006, says that works may be depicted when they are permanently located at or on public ground. The depiction may be offered, sold, sent or otherwise distributed. The depiction must not be three-dimensional and not be usable for the same purpose as the original.[1999-2006 Art.29]

Timbres postaux

Public domain? According to the Law of May 19, 1999, on Copyright and Neighboring Rights, "Copyright protection shall not subsist in ... means of payment".[1999-2006 Art.5] However, Liechtenstein generally emulates Swiss law, and Liechtenstein's Copyright Act is based on the Swiss text. The majority of Swiss copyright law commentaries does not consider stamps "means of payment".[4][5][6][7][8][9][10][11]Il est par conséquent probable que les timbres postaux du Liechtenstein soient également protégés par des droits d'auteur.

In the past, {{PD-Liechtenstein}} was used for uploads of stamps from Liechtenstein, but this should not be done in the future, unless it's possible to produce evidence for the public domain claim.

Voir aussi

Références

  1. a b Liechtenstein Copyright and Related Rights (Neighboring Rights). WIPO: World Intellectual Property Organization (2018). Retrieved on 2018-11-04.
  2. Law of May 19, 1999, on Copyright and Neighboring Rights (consolidated version of December 19, 2006). Liechtenstein (2006). Retrieved on 2018-11-04.
  3. Gesetz über das Urheberrecht und verwandte Schutzrechte (Urheberrechtsgesetz, URG), LGBl. 1999 Nr. 160 (The Liechtenstein copyright act) (in German). Liechtenstein Law Gazette. Retrieved on 2019-01-29.
  4. Cherpillod in Müller/Oertli, Urheberrechtsgesetz, 2nd ed. 2012, Art. 5 para. 3
  5. Barrelet/Egloff, Das neue Urheberrecht, 3rd ed. 2008, Art. 5 para. 5
  6. von Büren/Meer in von Büren/David, SIWR II/1, 3rd ed. 2014, para. 379
  7. Hilty, Urheberrecht, 2011, para. 130
  8. Dessemontet, Le droit d'auteur, 1999, para. 413
  9. Gilliéron in Werra/Gilliéron, Propriété intellectuelle, 2013, Art. 5 LDA para. 9
  10. von Büren, Urheberrecht und verwandte Schutzrechte, ZSR 1993, 193-222, 200
  11. disagreeing: Rehbinder/Viganò, URG, 3rd ed. 2008, Art. 5 para. 3 [included by analogy]
Attention : la description ci-dessus peut être inexacte, incomplète ou obsolète, elle doit donc être traitée avec prudence. Avant de déposer un fichier sur Wikimedia Commons, vous devez vous assurer qu’il peut être utilisé librement. Voir aussi : Commons:Avertissements généraux
Texte inclus de
COM:Luxembourg

Luxembourg

Cette page fournit un aperçu des règles de droit d'auteur du Luxembourg applicables au téléchargement d'œuvres sur Wikimedia Commons. Notez que toute œuvre originaire du Luxembourg doit appartenir au domaine public ou être disponible sous licence libre au Luxembourg et aux États-Unis avant de pouvoir être téléchargée sur Wikimedia Commons. En cas de doute sur le statut de droit d'auteur d'une œuvre du Luxembourg, reportez-vous aux lois applicables pour plus de précisions.

Lois applicables

Le Luxembourg est membre de la Convention de Berne depuis le 20 Juin 1888, de l'Organisation mondiale du commerce depuis le 1er janvier 1995 et du Traité de l'OMPI sur le droit d'auteur depuis le 14 mars 2010.[1] En 2018, l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), une agence des Nations Unies, avait enregistré la Loi du 18 avril 2001 sur les droits d'auteur, les droits voisins et les bases de données comme la principale loi sur le droit d'auteur promulguée par la législature du Luxembourg.[1]

L'OMPI conserve le texte de cette loi dans sa base de données WIPO Lex[2]. La loi de 2001 a été modifiée par les lois du 18 avril 2004 (LU043), du 22 mai 2009 (LU055) et du 25 avril 2018 (LU053)[3] [4]. Elle a également été modifiée par la « Loi du 10 février 2015 portant transposition de la directive 2011/77/EU du Parlement européen ».[5]

Règles générales

Selon la loi du 18 avril 2001 modifiée en 2018,

  • Les droits d’auteur se prolongent pendant 70 ans après le décès de l’auteur au profit de ses héritiers et de ses ayants droit.[4-18-2001 Art.9(1)]
  • Lorsque l’œuvre est le produit d’une collaboration telle que les apports des collaborateurs sont inséparables, les droits d’auteurs existent au profit de tous les ayants droit jusque 70 ans après la mort du survivant des collaborateurs.[4-18-2001 Art.9(2.1)]
  • La protection d’une œuvre audiovisuelle prend fin 70 ans après le décès du dernier survivant parmi les personnes suivantes : le réalisateur principal, les auteurs du scénario, des dialogues et des compositions musicales, avec ou sans paroles, spécialement créées pour être utilisées dans l’œuvre, qu’ils soient coauteurs ou non.[4-18-2001 Art.9(2.2)]
  • La durée des droits d’auteur sur les œuvres anonymes, pseudonymes et dirigées est de 70 ans à compter du jour où l’œuvre a été licitement rendue accessible au public. ... Si l’identité de l’auteur de l’œuvre anonyme ou pseudonyme est établie, l’auteur ou ses ayants droit peuvent revendiquer la protection pendant toute la durée visée au paragraphe 1[4-18-2001 Art.9(3)].
  • Est dite “œuvre dirigée”, l’œuvre créée par plusieurs auteurs à l’initiative et sous la direction d’une personne physique ou morale qui l’édite ou la produit et la divulgue sous son nom, et dans laquelle la contribution des auteurs participant à son élaboration est conçue pour s’intégrer dans cet ensemble. Sauf disposition contractuelle contraire, la personne physique ou morale sous le nom de laquelle l’œuvre dirigée a été divulguée est investie à titre originaire des droits patrimoniaux et moraux d’auteur sur l’œuvre[4-18-2001 Art.6].
  • Toute personne qui, après l’expiration de la protection par les droits d’auteur, publie ou communique licitement au public, pour la première fois, une œuvre non publiée auparavant, est investie de droits patrimoniaux équivalant à ceux dont bénéficie l’auteur, pendant une durée de 25 ans à compter du moment où l’œuvre a été pour la première fois publiée ou communiquée au public[4-18-2001 Art.9(4)].
  • Les durées indiquées dans le présent article sont calculées à partir du 1er janvier qui suit le fait générateur[4-18-2001 Art.9(5)].

Liberté de panorama

X mark.svg Pas d'accord {{NoFoP-Luxembourg}} Seule l'inclusion accessoire est autorisée. En vertu de la loi du 18 avril 2001 modifiée en 2015 :

  • Lorsque l’œuvre a été licitement rendue accessible au public, l’auteur ne peut interdire : ... la reproduction et la communication d’œuvres situées dans un lieu accessible au public, lorsque ces œuvres ne constituent pas le sujet principal de la reproduction ou de la communication [4-18-2001 Art.10(7)].

Seuil d'originalité

Selon Jean-Luc Putz, le seuil de l'originalité au Luxembourg n’est pas aussi stricte qu’au Royaume-Uni, mais n'est pas aussi libérale qu’en Allemagne. Au cours de la législation, l'intention était de s'orienter vers d'autres États du Benelux ou la France.[6]

Voir aussi

Références

Attention : la description ci-dessus peut être inexacte, incomplète ou obsolète, elle doit donc être traitée avec prudence. Avant de déposer un fichier sur Wikimedia Commons, vous devez vous assurer qu’il peut être utilisé librement. Voir aussi : Commons:Avertissements généraux
Texte inclus de
COM:Monaco

Monaco

Cette page fournit un aperçu des règles de droit d'auteur de Monaco applicables au téléchargement d'œuvres sur Wikimedia Commons. Notez que toute œuvre originaire de Monaco doit appartenir au domaine public ou être disponible sous licence libre à Monaco et aux États-Unis avant de pouvoir être téléchargée sur Wikimedia Commons. En cas de doute sur le statut de droit d'auteur d'une œuvre de Monaco, reportez-vous aux lois applicables pour plus de précisions.

Lois applicables

Monaco est membre de la Convention de Berne depuis le 30 mai 1889.[1]

En 2018, l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), une agence des Nations Unies, dit que la Loi n° 491 du 24/11/1948 sur la protection des œuvres littéraires et artistiques (telle que modifiée jusqu'à la loi n° 1.313 du 29 juin 2006) était la principale loi sur le droit d'auteur promulguée par la législature de Monaco.[1]

La loi sera mise en vigueur à dater du 1er janvier 1949[491/1948 Art.35]. Elle sera applicable à toutes œuvres littéraires ou artistiques qui ne sont pas audit jour tombées dans le domaine public, dans la même mesure que si elle avait été promulguée déjà au moment de leur publication[491/1948 Art.36]. L'OMPI conserve le texte de cette loi dans sa base de données WIPO Lex.[2]

Applicabilité

Les dispositions de la loi sont applicables aux œuvres publiées ou non et ayant pour auteur ou co-auteur un ressortissant monégasque et aux œuvres publiées pour la première fois à Monaco, quelle que soit la nationalité de leur auteur[491/1948 Art.34]. Les œuvres qui ne sont pas comprises dans les catégories ci-dessus bénéficient de la protection qui leur est accordée par les conventions internationales. Les œuvres des arts appliqués qui ne rentrent pas dans les catégories ci-dessus sont protégées dans la mesure où elles le sont dans leur pays d'origine.[491/1948 Art.34] Les droits de l'auteur sont cessibles à titre gratuit ou onéreux et transmissibles par succession, en tout ou en partie, conformément aux règles du Code civil[491/1948 Art.14].

Les termes « œuvres littéraires et artistiques » comprenant toutes les productions des domaines littéraire, scientifique et artistique, quel qu'en soit le mode ou la forme d'expression, telles que les livres, brochures et autres écrits ; les conférences, allocutions, sermons et autres œuvres de même nature ; les œuvres dramatiques ou dramatico-musicales ; les œuvres chorégraphiques et les pantomimes dont la mise en scène est fixée par écrit ou autrement ; les compositions musicales avec ou sans paroles ; les œuvres cinématographiques et celles obtenues par un procédé analogue à la cinématographie ; les œuvres de dessin, de peinture, d'architecture, de sculpture, de gravure, de lithographie ; les œuvres photographiques et celles obtenues par un procédé analogue à la photographie ; les œuvres des arts appliqués ; les illustrations, les cartes géographiques, les plans, croquis et ouvrages plastiques relatifs à la géographie, à la topographie, à l'architecture ou aux sciences[491/1948 Art.2].

Durées

Selon la Loi n. 491 du 24/11/1948 :

  • L'auteur d'une œuvre littéraire ou artistique a seul le droit de la publier, de la reproduire ou de la divulguer de toute autre manière et d'en autoriser la publication, la reproduction ou la divulgation sous quelque forme que ce soit[491/1948 Art.3].
  • L'auteur jouit, en outre, du droit exclusif de faire ou d'autoriser la traduction de son œuvre ainsi que l'arrangement, l'adaptation ou toute autre transformation de celle-ci[491/1948 Art.4].
  • L'auteur de traductions, d'arrangements, d'adaptations ou de transformations des œuvres littéraires ou artistiques jouit de la protection instituée par la présente loi sans préjudice des droits de l'auteur de l’œuvre originale[491/1948 Art.5].
  • La période de temps pendant laquelle les droits visés au présent titre sont protégés comprend la durée de la vie de l'auteur et cinquante ans après sa mort[491/1948 Art.12].
  • Lorsqu'il s'agit d'une œuvre posthume, la protection est accordée pendant la période de cinquante années à compter de la publication[491/1948 Art.12].
  • L'œuvre de collaboration est la propriété commune des auteurs ; toutefois lorsqu'elle ne forme pas un tout indivisible, chacun des co-auteurs pourra exploiter séparément sa contribution personnelle[491/1948 Art.7]. Lorsqu'il s'agit d'une œuvre de collaboration, le point de départ de ce dernier délai est reculé, au profit de tous les ayants droit, à la mort du survivant des collaborateurs[491/1948 Art.12].
  • L'éditeur d'une œuvre anonyme ou pseudonyme est réputé à l'égard des tiers en être l'auteur. Toutefois, si l'identité de l'auteur est établie, ce dernier, ou ses ayants cause, rentrent dans tous leurs droits respectifs[491/1948 Art.13].

Pour le calcul des cinquante années visées aux alinéas précédents, il est pris, comme date de départ, le premier janvier de l'année qui suit l'événement considéré[491/1948 Art.12].

Œuvres produites par le gouvernement

Les lois, ordonnances, arrêtés, décisions et publications administratives, judiciaires ou officielles ne bénéficient pas de la protection instituée par la présente loi[491/1948 Art.38].

Références

  1. a b Monaco : Copyright and Related Rights (Neighboring Rights). WIPO Lex (2018). Retrieved on 2018-10-28.
  2. Loi n. 491 du 24/11/1948 sur la protection des œuvres littéraires et artistiques (in French). Monaco (2006). Retrieved on 2018-10-28.
Attention : la description ci-dessus peut être inexacte, incomplète ou obsolète, elle doit donc être traitée avec prudence. Avant de déposer un fichier sur Wikimedia Commons, vous devez vous assurer qu’il peut être utilisé librement. Voir aussi : Commons:Avertissements généraux
Texte inclus de
COM:Netherlands

Pays-Bas

Cette page fournit un aperçu des règles de droit d'auteur des Pays-Bas applicables au téléchargement d'œuvres sur Wikimedia Commons. Notez que toute œuvre originaire des Pays-Bas doit appartenir au domaine public ou être disponible sous licence libre aux Pays-Bas et aux États-Unis avant de pouvoir être téléchargée sur Wikimedia Commons. En cas de doute sur le statut de droit d'auteur d'une œuvre des Pays-Bas, reportez-vous aux lois applicables pour plus de précisions.

Lois applicables

Les Pays-Bas sont membre de la Convention de Berne depuis le 1er novembre 1912, de l'Organisation mondiale du commerce depuis le 1er janvier 1995 et du traité de l'OMPI sur les droits d'auteur depuis le 14 mars 2010.[1]

En 2018, l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), une agence des Nations Unies, avait enregistré la Loi du 23 septembre 1912, contenant un nouvelle réglementation sur les droits d'auteur (Copyright Act de 1912, tel qu'amendé le 1er septembre 2017) comme étant la principale loi sur les droits d'auteur promulguée par la législature des Pays-Bas[1]. L'OMPI conserve le texte de cette loi dans sa base de données WIPO Lex[2]. Wikisource conserve une version de cette loi de 1912 telle qu'elle était valide au 1er janvier 2005.

Official Dutch sources also provide the text pf the Copyright Act and Related Rights Act in Dutch and English.[3][4][5]

Termes standard

Under the Act of September 23, 1912 as amended up to September 1, 2017),

  • Works of individual authors enjoy copyright protection until 70 years after the 1st January following the author's death.[1912-2017 Art. 37(1)]
  • Posthumously published works before 1995 have a copyright until 50 years after publication (pre-1995 law's term), or 70 years after the death of the author (post-1995 law's term), whatever duration is the longest.[1912-2017 Art. 37, 51] This clause was used to restore the copyright on until 1984 unpublished portions of Anne Frank's diary.[6]
  • The duration of the copyright belonging jointly to two or more persons in their capacity as co-authors of a work shall be calculated from 1 January of the year following the year of the death of the last surviving co-author.[1912-2017 Art. 37(2)]
  • The copyright in a work of which the author has not been indicated or has not been indicated in such a way that his identity is beyond doubt expires 70 years after 1 January of the year following that in which the work was first lawfully communicated to the public.[1912-2017 Art. 38(1)]
  • This also applies to the works of a public institution, association, foundation or corporation that is regarded as the creator, unless the natural person who created the work is indicated as such on or in copies of the work which are made public.[1912-2017 Art. 38(2)]
  • For works whose term of copyright is not calculated according to the provisions of Article 37, copyright expires within 70 years after creation if not lawfully disclosed in this period.[1912-2017 Art. 39]
  • Copyright in a cinematographic work expires 70 years from 1 January of the year following the year of death of the last of the following persons: the principal director, the screenplay, the author of the dialogue and the author of music made for the film.[1912-2017 Art. 40]
  • If in a musical composition with words the copyrights on the music and on the words are held by different individuals, copyright expires 70 years from 1 January of the year of death of the last survivor.[1912-2017 Art. 40a]

Hors d'Europe

Avant la Seconde Guerre mondiale, les colonies des Pays-Bas dans les îles Caraïbes étaient administrées en tant qu'Antilles néerlandaises, qui comprenaient Aruba, Curaçao, Bonaire, Saint-Eustache, Saint-Martin et Saba. Les lois sur les droits d'auteur étaient définies par la auteursverordening 1913. En 1948, les Antilles néerlandaises ont obtenu une autonomie considérable, et le 15 décembre 1954 elles deviennent un partenaire à égalité des Pays-Bas dans le Royaume des Pays-Bas. Le 1er janvier 1986, Aruba fait sécession des Antilles néerlandaises et devient un pays du Royaume des Pays-Bas.

In 2010 the Netherlands Antilles was dissolved. Bonaire, Sint Eustatius and Saba became special municipalities of the Netherlands, while Curaçao and Sint Maarten became countries in the Kingdom of the Netherlands. According to Article 39 of the Charter for the Kingdom of the Netherlands, "civil and commercial law, the law of civil procedure, criminal law, the law of criminal procedure, copyright, industrial property, the office of notary, and provisions concerning weights and measures shall be regulated as far as possible in a similar manner in the Netherlands, Aruba, Curaçao and Sint Maarten".

  • The relevant law in Aruba is the 2003 Auteursverordening (Aruba).
  • For Bonaire, Sint Eustatius and Saba, the operative law is the Auteurswet BES, with a copyright duration of 50 years after the death of the author.[7] This law is based on the corresponding law of the Netherlands Antilles.
  • In Curaçao the law is similar.
  • The law in Sint Maarten is Auteursverordening.[8]

Œuvres produites par le gouvernement

Dutch laws and legal judgments are completely free of copyright (Article 11 of Dutch copyright law of 1912).

In principle all works communicated to the public by or on behalf of the public authorities (government) may be freely distributed (this includes modifications and derivatives) in the Netherlands unless the copyright has been reserved explicitly, either in a general manner by law, decree or ordinance, or in a specific case by a notice on the work itself or at the communication to the public. This is regulated in (Article 15b of Dutch copyright law of 1912). Entities like the Silicose Oud-mijnwerkers foundation can also be regarded as public authorities (AbRS 30 November 1995, JB 1995/337) and are not automatically copyright protected.

Bandeaux de licence

  • {{PD-NL-gemeentewapen}} – Pour les blasons et drapeaux de municipalités (qui n'existent plus), de provinces et du pays lui-même
  • {{PD-NL-gemeentevlag}} – Pour les drapeaux de municipalités (qui n'existent plus), de provinces et du pays lui-même
  • {{PD-NL-Gov}} (obsolète) – Pour toutes les œuvres communiquées au public par les autorités publiques (gouvernement) ou en leur nom, à moins que les droits d'auteur ne soient explicitement réservés, soit par la loi, par un décret ou par une ordonnance, soit par une notice sur l'œuvre elle-même ou dans la communication au public.

Monnaie

X mark.svg Pas d'accord: Guilder banknotes are subject to copyright 70 years after the first publication. De Nederlandsche Bank has been contacted and they state that the introduction of the Euro does not change this.

Pictogram-voting-question.svg Question Guilder coins may be OK to reproduce, since they are subject to Article 15b of the Auteurswet. Works published by or on behalf of the government can be reproduced, unless copyright has been reserved explicitly by the government at the time of publication. However, even if no reservation was made, only the author has the right to have those works published in a collection.[9]

X mark.svg Not OK National sides of the Euro coins are subject to copyright as well. Although they are subject to Article 15b, an express reservation of rights has been made by the Dutch government.

Liberté de panorama

Symbol OK.svg  for buildings and most 2D and 3D artwork {{FoP-Nederland}}
X mark.svg Pas d'accord for photographs, maps, applied art, industrial design, and models

Article 18 of the Dutch copyright act states that:[10]

  • it is not an infringement of copyright to reproduce and publish pictures of a work, as meant in article 10, first paragraph, under 6°[1] or of an architectural work as meant in article 10, first paragraph, under 8°[2], which are made to be permanently located in public places, as long as the work is depicted as it is located in the public space. Where incorporation of a work in a compilation is concerned, not more than a few of the works of the same author may be included
  • [1] drawings, paintings, works of architecture and sculpture, lithographs, engravings and the like
  • [2] drafts, sketches and three-dimensional works relating to architecture, geography, topography or other sciences.

Article 18 limits this explicitly to "works relating to architecture", i.e., geography, topography, and other sciences are not included in article 18. Photographs are not included in Item 6. They are separately listed in Item 9 and therefore are not included in FOP. Also separately listed and therefore not included are maps, applied art and industrial design, and models.

Public place in article 18 of the Dutch copyright law not only includes open-air spaces such as public roads and squares, but also the interior of public buildings. What exactly is a public building is not defined in the Dutch law, but there are some guidelines that can be taken from the published literature and from the parliamentary debates about this article when it was introduced in this version in 2004. Among the criteria to decide whether the interior of a building is a "public place" in the sense of article 18, parliament said that the building must be freely accessible by the general public and then mentioned two negative criteria: whether an entrance fee was charged, and whether access may be denied on private law grounds. (Other criteria may exist; these two were just mentioned as examples.)[11]

Parliament and the literature explicitly mention that schools, opera buildings, entrance halls of businesses, and museums are not public places for the purpose of article 18, but that railway stations are.[12][13] Case law in the Netherlands on "freedom of panorama" issues is scarce. In one case, the interior of the Johan Cruijff ArenA was deemed to not be a public place.[14] In a second case, a photo of a building in a private holiday resort was considered covered by article 18 because the building was visible from public ground.[15]

Taking these guidelines and the few court cases into consideration, we interpret "public place" (openbare plaats) in article 18 to cover works on open-air roads and squares as well as works visible from there, as long as they are outside.[16][17] It also includes works in the interiors of only those buildings that primarily serve a transit purpose for the general public: railway stations are explicitly mentioned by the lawmakers, but arguably this would also apply to airports, underpasses, (covered) parking lots. Article 18 also seems to apply in shopping malls.[18] It probably does not apply within the shops in such a mall. In all likelihood it does not apply to other indoors non-private places, such as hotels, cafés, or shops. It certainly does not apply in the locations specifically excluded by the lawmakers: schools, operas, entrance halls of businesses, and museums.[13]

Article 18 is limited to works that were originally made for being placed permanently in public places. The literature mentions that this would also apply to graffiti, even if these normally are removed rather quickly.[13] This is consistent with the interpretation of "permanent" e.g. in Germany as explained above; the "natural lifetime" of a graffito is considered to end with its removal. Furthermore, the picture must show the work as it appears in the public place. A photograph showing a sculpture in its surroundings is OK. Cutting out the sculpture and using only the image of the sculpture is not covered by article 18.[18] Dutch legislature seems to favor a strict interpretation of the Berne three-step test. Parliament mentioned that creating and selling a postcard from a close-up photo of a copyrighted sculpture (i.e., without the surroundings, not showing the sculpture in context) was not allowed.[12]

Seuil d'originalité

Simple logos are okay in the Netherlands but not all logos are. Whether something is above the threshold of originality in the Netherlands is defined in the Supreme Court judgment "'Van Dale/Romme'". In this judgment, the Supreme Court ruled that:[19]

  • In assessing the ground of cassation it should be noted that, for a product to be considered a work of literature, science or art as meant in article 1 in conjunction with article 10 of the Copyright law (Auteurswet), it is required that it has an own, original character and bears the personal mark of the maker.

This was further specified in the Supreme Court judgment ''Endstra-tapes':[20]

  • The product has to bear an own, original character. In short, this means the shape may not be based on that of another work. (cf. article 13 Aw.) The demand that the product has to bear the personal mark of the maker means that there has to be a shape that is the result of creative human labor and thus creative choices, which therefore is a product of the human mind. In any case, excluded from this is everything that has a shape that is so trivial or banal, that one cannot show any creative labor behind it of any kind whatsoever.

Later the Supreme Court determined in judgment on Stokke v. Fikszo that:[21]

  • For a work to be eligible for copyright, it is necessary that the work has an own original character and bears the personal mark of the maker ... The Court of Justice of the European Union has has formulated the benchmark in such a way that it must concern "an intellectual creation of the author of the work".

Timbres postaux

Red copyright.svg Voir nl:Wikipedia:Beleid voor gebruik van media/Postzegels (en néerlandais).

Prior to 1 January 1989, the government-owned corporation PTT considered Dutch stamps as being created by the PTT company and as such was considered their author. In The Netherlands copyright expires 70 years after the death of the author. With stamps issued prior to 1989, copyright expires 70 years after publication.

From 1 January 1989 onwards, the PTT became the private company TNT Post. The rules are sometimes different compared to the period before 01-01-1989; for example, when there is more than one author of a stamp.

Public domain As of 2019 Dutch stamps created in the period 1852-1948 are considered to be Public Domain.

Voir aussi

Références

  1. a b Netherlands Copyright and Related Rights (Neighboring Rights). WIPO: World Intellectual Property Organization (2018). Retrieved on 2018-11-13.
  2. Act of September 23, 1912, containing New Regulation for Copyright (Copyright Act 1912, as amended up to September 1, 2017). Netherlands (2017). Retrieved on 2018-11-13.
  3. Nederlands The Dutch copyright act
  4. English Official English version of the copyright act from rijksoverheid.nl.
  5. English Official English version of the related rights act from rijksoverheid.nl
  6. Marco Caspers (Institute for Information Law) (20 January 2016). The role of Anne Frank’s diary and academic freedom for text & data mining. Retrieved on 2019-03-28.
  7. Auteurswet BES (in Dutch). Overheid.nl. Ministry of Home Affairs and Kingdom Relations. Retrieved on 2019-03-28.
  8. Auteursverordening (in Dutch). overheid.nl. Retrieved on 201903-28.
  9. Jacob Hendrik Spoor, D. W. F. Verkade, D. J. G. Visser (2005). Auteursrecht: auteursrecht, naburige rechten en databankenrecht (in Dutch) 146. Kluwer. Retrieved on 2019-03-28. "Als inbreuk op het auteursrecht op een door of vanwege de openbare macht openbaar gemaakt werk van letterkunde, wetenschap of kunst, waarvan de openbare macht de maker of rechtverkrijgende is, wordt niet beschouwd verdere openbaarmaking of verveelvoudiging daarvan, tenzij het auteursrecht, hetzij in het algemeen bij wet, besluit of verordening, hetzij in een bepaald geval blijkens mededeling op het werk zelf of bij de openbaarmaking daarvan uitdrukkelijk is voorbehouden. Ook als een zodanig voorbehoud niet is gemaakt, behoudt de maker echter het uitsluitend recht, zijn werken, die door of vanwege de openbare macht zijn openbaar gemaakt, in een bundel verenigd te doen verschijnen"
  10. Als inbreuk op het auteursrecht op een werk als bedoeld in artikel 10, eerste lid, onder 6°[1], of op een werk, betrekkelijk tot de bouwkunde als bedoeld in artikel 10, eerste lid, onder 8°, dat is gemaakt om permanent in openbare plaatsen te worden geplaatst, wordt niet beschouwd de verveelvoudiging of openbaarmaking van afbeeldingen van het werk zoals het zich aldaar bevindt. Waar het betreft het overnemen in een compilatiewerk, mag van dezelfde maker niet meer worden overgenomen dan enkele van zijn werken.
    • [1] teeken-, schilder-, bouw- en beeldhouwwerken, lithografieën, graveer- en andere plaatwerken;
    • [2] ontwerpen, schetsen en plastische werken, betrekkelijk tot de bouwkunde, de aardrijkskunde, de plaatsbeschrijving of andere wetenschappen;
  11. Dutch parliament: Kamerstukken II 2002/03 28.482-8, Nota n.a.v. het nadere verslag, p. 15.
  12. a b Dutch parliament: Kamerstukken II 2002/03 28.482-5, Nota n.a.v. het verslag, pp.36-37.
  13. a b c Spoor, J.H; Verkade, D.W.F.; Visser, D.J.G.: Auteursrecht: auteursrecht, naburige rechten en databankenrecht, 3. Ed., Kluwer 2004, ISBN 90-268-3637-4 Invalid ISBN; in particular p. 290.
  14. Wonende te Amsterdam v. CODEMASTERS B.V. publisher=Rechtenmedia (in Dutch). Retrieved on 2019-03-28.
  15. DE GROENE LEGUAAN v. FRIESLAND BANK N.V. (in Dutch). Retrieved on 2019-03-28.
  16. Dutch parliament: Kamerstukken II 2002/03 28.482-3, Memorie van Toelichting, p. 52
  17. De Zwaan, M.: Geen beelden geen nieuws, Cramwinkel 2003, ISBN 90-75727-844; pp. 185-188.
  18. a b Engelfriet, A.: Fotograferen van kunst op openbare plaatsen: Openbare plaatsen zijn bijvoorbeeld plaatsen langs de openbare weg, maar ook stationshallen of winkelcentra.
  19. (HR 04-01-1991, NJ 1991, 608) "Bij de beoordeling van het middel moet worden vooropgesteld dat, wil een voortbrengsel kunnen worden beschouwd als een werk van letterkunde, wetenschap of kunst als bedoeld in art. 1 in verbinding met art. 10 Aw, vereist is dat het een eigen, oorspronkelijk karakter heeft en het persoonlijk stempel van de maker draagt.
  20. (NJ 2008, 556): [D]at het voortbrengsel een eigen, oorspronkelijk karakter moet bezitten, houdt, kort gezegd, in datde vorm niet ontleend mag zijn aan die van een ander werk (vgl. art. 13 Aw). De eis dat het voortbrengsel het persoonlijk stempel van de maker moet dragen betekent dat sprake moet zijn van een vorm die het resultaat is van scheppende menselijke arbeid en dus van creatieve keuzes, en die aldus voortbrengsel is van de menselijke geest. Daarbuiten valt in elk geval al hetgeen een vorm heeft die zo banaal of triviaal is, dat daarachter geen creatieve arbeid van welke aard ook valt te aan te wijzen.
  21. Stokke/Fikszo (in Dutch). de Rechtspraak. Retrieved on 2019-03-28. "Om voor auteursrechtelijke bescherming in aanmerking te komen, is vereist dat het desbetreffende werk een eigen, oorspronkelijk karakter heeft en het persoonlijk stempel van de maker draagt (vgl. HR 30 mei 2008, LJN BC2153, NJ 2008/556 (E)). Het HvJEU heeft de maatstaf aldus geformuleerd dat het moet gaan om "een eigen intellectuele schepping van de auteur van het werk" (HvJEU 16 juli 2009, nr. C-5/08, LJN BJ3749, NJ 2011/288 (Infopaq I))"
Attention : la description ci-dessus peut être inexacte, incomplète ou obsolète, elle doit donc être traitée avec prudence. Avant de déposer un fichier sur Wikimedia Commons, vous devez vous assurer qu’il peut être utilisé librement. Voir aussi : Commons:Avertissements généraux
Texte inclus de
COM:Switzerland

Suisse

Cette page fournit un aperçu des règles de droit d'auteur de la Suisse applicables au téléchargement d'œuvres sur Wikimedia Commons. Notez que toute œuvre originaire de la Suisse doit appartenir au domaine public ou être disponible sous licence libre en Suisse et aux États-Unis avant de pouvoir être téléchargée sur Wikimedia Commons. En cas de doute sur le statut de droit d'auteur d'une œuvre de la Suisse, reportez-vous aux lois applicables pour plus de précisions.

Lois applicables

La Suisse est membre de la Convention de Berne depuis le 5 décembre 1887, de l'Organisation mondiale du commerce depuis le 1er juillet 1995 et du traité WIPO depuis le 1er juillet 2008.[1]

En 2018, l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), une agence des Nations Unies, avait enregistré la Loi fédérale du 9 octobre 1992 sur le droit d'auteur et les droits voisins (dans sa version au 1er janvier 2017) comme étant la principale loi sur le droit d'auteur promulguée par la législature de la Suisse[1]. L’OMPI dispose d’une traduction non officielle en anglais du texte de cette loi dans son dans sa base de données WIPO Lex (en anglais)[2]. Le Bundesrat (Conseil fédéral) détient les versions officielles allemande, française et italienne.[3][4][5]

Règles générales

Selon la Loi fédérale du 9 octobre 1992 sur le droit d'auteur et les droits voisins (telle qu'au 1er janvier 2017) :

  • L’œuvre, qu'elle soit fixée sur un support matériel ou non, est protégée par le droit d'auteur dès sa création. La protection prend fin: pour les logiciels, 50 ans après le décès de l'auteur ; pour toutes les autres œuvres, 70 ans après le décès de l'auteur[1992-2017 Art.29(2)].
  • La protection cesse s'il y a lieu d'admettre que l'auteur est décédé depuis plus de 50 ou respectivement 70 ans[1992-2017 Art.29(2)].[1992-2017 Art.29(3)]
  • Si l’œuvre a été créée par plusieurs personnes, la protection prend fin: pour les logiciels, 50 ans après le décès du dernier coauteur survivant; pour toutes les autres œuvres, 70 ans après le décès du dernier coauteur survivant[1992-2017 Art.30(1)].
  • Si les apports respectifs peuvent être disjoints, la protection de chacun d'eux prend fin 50 ou respectivement 70 ans après le décès de son auteur[1992-2017 Art.30(2)].[1992-2017 Art.30(2)]
  • Pour calculer la durée de protection des films et autres œuvres audiovisuelles, on ne prend en considération que la date de décès du réalisateur.[1992-2017 Art.30(3)]
  • Lorsque l'auteur est inconnu, la protection de l’œuvre prend fin 70 ans après qu'elle a été divulguée ou, si elle l'a été par livraisons, 70 ans après la dernière livraison[1992-2017 Art.31].
  • Lorsque l'identité de l'auteur est rendue publique avant l'expiration du délai précité, la protection de l’œuvre prend fin: pour les logiciels, 50 ans après le décès de l'auteur; pour toutes les autres œuvres, 70 ans après le décès de l'auteur[1992-2017 Art.31].
  • Le délai de protection commence à courir le 31 décembre de l'année dans laquelle s'est produit l'événement déterminant[1992-2017 Art.32].[1992-2017 Art.32]

L'augmentation de la durée de protection de 50 à 70 ans s'est produite en 1993 et n'était pas rétroactive, mais depuis le changement il y a plus de 20 ans, toutes les œuvres qui étaient dans le domaine public sous la vie + 50 terme sont maintenant également dans le domaine public avec la règle de vie actuelle + 70. Aux États-Unis, les droits d'auteur rétablis par l'URAA étant donné que la protection de nombreuses œuvres avait déjà expiré en appliquant le terme de 50 ans. La protection de ces œuvres n’a pas été rétablie en 1993, comme l’a confirmé le Tribunal fédéral suisse dans son arrêt "Sternheim" de 1998.[6] Par exemple, le pionnier de l'aviation suisse et photographe Walter Mittelholzer est décédé en 1937. Ses œuvres sont tombées dans le domaine public en Suisse 50 ans après sa mort, le 1er janvier 1988. Etant donné que l'extension de 1993 à 70 ans ne rétablissait pas les droits d'auteur déjà expirés, les photographies de Mittelholzer étaient encore dans le domaine public en Suisse à la date du 1er janvier 1996, et par conséquent en dehors du champ des restaurations du droit d'auteur par les URAA.

Œuvres non protégées

Ne sont pas protégés par le droit d'auteur : les lois, ordonnances, accords internationaux et autres actes officiels ; les moyens de paiement ; les décisions, procès-verbaux et rapports qui émanent des autorités ou des administrations publiques ; les fascicules de brevet et les publications de demandes de brevet. Ne sont pas non plus protégés, les recueils et les traductions, officiels ou exigés par la loi, des œuvres mentionnées au paragraphe 1[1992-2017 Art.5].[1992-2017 Art.5]

Par œuvre, quelles qu'en soient la valeur ou la destination, on entend toute création de l'esprit, littéraire ou artistique, qui a un caractère individuel[1992-2017 Art.2]. De nombreuses photos peuvent donc ne pas être protégées (voir {{PD-Switzerland-photo}} pour plus de détails).

Bandeaux de licence

  • {{PD-Switzerland-official}} – pour les documents officiels suisses, les devises ou les brevets. Voir modèle pour plus de détails.
    • {{PD-Coa-Switzerland}} – pour les armoiries d’une société suisse Körperschaft des öffentlichen Rechts (société de droit public).
  • {{PD-Switzerland-photo}} – pour les photographies publiées pour la première fois en Suisse et n'ayant pas le caractère individuel requis par la loi pour la protection du droit d'auteur. Voir le modèle pour plus de détails, mais ne l'utilisez que dans des cas évidents, car des personnes raisonnables peuvent ne pas être d'accord sur l'individualité d'une image.

En Suisse, la protection du droit d'auteur expire 70 ans après le décès de l'auteur, à l'exception des programmes d'ordinateur dont la protection prend fin 50 ans après le décès de l'auteur.

Monnaie

Symbol OK.svg  : la monnaie n'est pas couverte par le droit d'auteur en Suisse. L’article 5 (1)(b) de la loi suisse sur le droit d’auteur de 1993 sur les œuvres non soumises au droit d’auteur exclut explicitement les effets monétaires du droit d’auteur.

L'article 243 du code pénal suisse interdit la reproduction de billets pouvant être confondus avec des billets authentiques[7]. La Banque nationale suisse a publié des directives sur la manière de reproduire les billets de banque de la manière qui, à son avis, est autorisée[8]. Imprimer des "spécimens" sur l’image et ne pas reproduire les factures en taille réelle ou en couleurs vraies sont des recommandations.

{{PD-Switzerland-official}} peut être utilisé pour des images de la monnaie suisse.

Liberté de panorama

Symbol OK.svg  {{FoP-Switzerland}}

En vertu de l'article 27 de la loi sur le droit d'auteur, une œuvre située en permanence dans un lieu accessible au public peut être représentée et la représentation présentée, transférée, diffusée ou autrement diffusée. La représentation ne doit pas être tridimensionnelle et ne doit pas servir le même objectif que l'original.

Accessible au public

  • Le lieu doit être accessible au public "de facto". La propriété légale du lieu n’a aucune incidence sur l’applicabilité de la disposition. [9]
  • L'œuvre présentée elle-même ne doit pas nécessairement être accessible au public. La liberté de panorama s'applique également aux travaux sur des terrains privés (non accessibles au public), à condition qu'ils puissent être vus à l'oeil nu depuis un lieu accessible au public.[10]
  • L'endroit n'a pas besoin d'être accessible au public tout le temps. Si un parc est fermé pendant la nuit, il peut toujours être "accessible au public" au sens de l'article 27, à condition que les autres critères soient remplis[11].
  • Selon l'opinion majoritaire dans la littérature juridique, si le lieu n'est accessible qu'à certaines catégories de personnes, telles que les élèves et le personnel des écoles secondaires, il n'est plus "accessible au public"[12]. Les commentateurs le font pas d'accord si le fait de percevoir des droits d'entrée rend également le lieu "non public" et donc non soumis à l'article 27.[13]
  • Conformément à l'opinion majoritaire dans la littérature juridique, la liberté de panorama ne s'applique pas aux espaces intérieurs[14]. L'article 27 ne peut donc pas être invoqué pour les représentations réalisées dans l'escalier ou les pièces d'un bâtiment[15]. Il est reconnu dans la littérature que dans certains cas, il peut être difficile de déterminer ce qui constitue un "espace intérieur". Une partie de la littérature suggère une différenciation des espaces intérieurs des cours intérieures, seule cette dernière satisfaisant aux exigences de l'article 27[16]. Toutefois, des problèmes de définition subsistent, par exemple dans le cas des halls de magasins ou des galeries marchandes. qui, par conséquent, sont appréciés différemment par les commentateurs[17]. Il est généralement admis que l’intérieur d’une église ne peut être décrit en vertu de l’article 27.[18]

Situé en permanence

  • Une œuvre n’est pas "située en permanence" au sens de la loi si elle n’est visible que par accident (par exemple pendant son transport)[19].
  • Il est controversé ce qui est nécessaire pour remplir la fonction "situé en permanence". Selon un point de vue répandu, cela suppose que l'intention (objective) du détenteur du droit d'auteur présente indéfiniment l'œuvre dans un lieu accessible au public.[20] Un point de vue minoritaire dit que la liberté de panorama peut également s'appliquer à une œuvre telle qu'une sculpture située autrement dans un musée accessible au public dans le cadre d'une exposition temporaire[21]. La question de savoir si les "œuvres emballées" de Christo peuvent être décrites dans l'article 27 est controversée[22]. Les affiches en public ne sont pas considérées comme "situées en permanence" par la littérature.[23]
  • Les œuvres dont la durée de vie est limitée par les conditions naturelles, telles que les sculptures de glace ou les peintures à la craie dans les rues, sont néanmoins considérées comme permanentes.[24]

Généralités

  • Applicabilité à toutes les œuvres: l'article 27 s'applique à toutes les catégories d'œuvres protégées[25].
  • Modifications: les modifications du travail ne sont pas autorisées (Art. 10 URG). L'article 11 interdit la déformation du travail. Toutefois, les modifications requises en raison de la méthode de reproduction utilisée sont généralement considérées comme autorisées.[26]

Timbres postaux

Red copyright.svg Conformément à l'article 5 de la loi fédérale sur le droit d'auteur et les droits voisins, le droit d'auteur ne protège pas .. les moyens de paiement. Toutefois, les timbres ne sont pas considérés comme des moyens de paiement, et ne relèvent d'aucune autre clause d'exemption. Ils bénéficient donc de la protection du droit d'auteur.[27]

Seuil d'originalité

Voir aussi

Références

  1. a b Switzerland Copyright and Related Rights (Neighboring Rights). WIPO: World Intellectual Property Organization (2018). Retrieved on 2018-11-13.
  2. Federal Act of October 9, 1992, on Copyright and Related Rights (status as of January 1, 2017). Switzerland (2017). Retrieved on 2018-11-13.
  3. Bundesgesetz über das Urheberrecht und verwandte Schutzrechte (Urheberrechtsgesetz, URG) vom 9. Oktober 1992 (Stand am 1. Januar 2017) (in German). Retrieved on 2019-01-30.
  4. Loi fédérale sur le droit d'auteur et les droits voisins (Loi sur le droit d'auteur, LDA)*12 du 9 octobre 1992 (Etat le 1er janvier 2017) (in French). Retrieved on 2019-01-30.
  5. Legge federale sul diritto d'autore e sui diritti di protezione affini (Legge sul diritto d'autore, LDA) del 9 ottobre 1992 (Stato 1° gennaio 2017) (in Italian). Retrieved on 2019-01-30.
  6. BGE 124 III 266
  7. Reproduction of banknotes. Swiss National Bank. Retrieved on 2019-03-29.
  8. Instruction sheet on the reproduction of banknotes. Swiss National Bank (30 August 2017). Retrieved on 2019-03-29.
  9. Rehbinder/Viganó, URG, 3rd ed. (2008), Art. 27 (2); Macciacchini/Oertli, Handkommentar Urheberrechtsgesetz, 2nd ed. (2012), Art. 27 (4); Cherpillod, Urheberrecht und verwandte Schutzrechte, 1995, p. 300; Dessemonet, La propriété intellectuelle et les contrats de licence, 2nd ed. (2011), marginal no. 153; Hilty: Urheberrecht, 2011, p. 209.
  10. Barrelet/Egloff, Das neue Urheberrecht, 3rd ed. (2008), Art. 27 (4); Cherpillod, Urheberrecht und verwandte Schutzrechte, 1995, p. 300; Macciacchini/Oertli, Handkommentar Urheberrechtsgesetz, 2nd ed. (2012), Art. 27 (5); Sandro Macciacchini: Die unautorisierte Wiedergabe von urheberrechtlich geschützten Werken in Massenmedien. In: sic! 1997, pp. 361–371, p. 369; Renold/Contel in Werra, Gilliéron, Propriété intellectuelle, 2013, LDA Art. 27 (11).
  11. Barrelet/Egloff, Das neue Urheberrecht, 3rd ed. (2008), Art. 27 (4); Macciacchini/Oertli, Handkommentar Urheberrechtsgesetz, 2nd ed. (2012), Art. 27 (4); Cherpillod, Urheberrecht und verwandte Schutzrechte, 1995, p. 300; Hilty: Urheberrecht, 2011, p. 210.
  12. Cherpillod, Urheberrecht und verwandte Schutzrechte, 1995, p. 300; Macciacchini/Oertli, Handkommentar Urheberrechtsgesetz, 2nd ed. (2012), Art. 27 (4); Fanny Ambühl and Stephan Beutler: Fotografieren verboten! – Zum Spannungsverhältnis von Urheber- und Eigentumsrecht im Fotografiebereich. In: recht. 2011, pp. 14–19, p. 17; Rolf H. Weber, Roland Unternährer and Rena Zulauf: Schweizerisches Filmrecht. Schulthess, Zürich 2003, p. 147.
  13. In favor: Cherpillod, Urheberrecht und verwandte Schutzrechte, 1995, p. 300. No limitation to a particular category of persons but merely a general restriction that applies to anyone: Macciacchini/Oertli, Handkommentar Urheberrechtsgesetz, 2nd ed. (2012), Art. 27 (4); Fanny Ambühl and Stephan Beutler: Fotografieren verboten! – Zum Spannungsverhältnis von Urheber- und Eigentumsrecht im Fotografiebereich. In: recht. 2011, pp. 14–19, p. 17.
  14. Barrelet/Egloff, Das neue Urheberrecht, 3rd ed. (2008), Art. 27 (2, 4); Cherpillod, Urheberrecht und verwandte Schutzrechte, 1995, p. 300; Fanny Ambühl and Stephan Beutler: Fotografieren verboten! – Zum Spannungsverhältnis von Urheber- und Eigentumsrecht im Fotografiebereich. In: recht. 2011, pp. 14–19, p. 17; Macciacchini/Oertli, Handkommentar Urheberrechtsgesetz, 2nd ed. (2012), Art. 27 (6); Daniel Csoport: Rechtsschutz für Kunstschaffende im schweizerischen und internationalen Urheberrecht. Dissertation, University of St. Gallen, 2008, Internet http://www1.unisg.ch/www/edis.nsf/wwwDisplayIdentifier/3498, accessed on 1 February 2014, p. 25. Dissenting: Wittweiler: Zu den Schrankenbestimmungen im neuen Urheberrechtsgesetz. In: AJP. Nr. 5, 1993, pp. 588 et seq., p. 591; Auf der Maur: Multimedia: Neue Herausforderungen für das Urheberrecht. In: AJP. Nr. 4, 1995, pp. 435 et seq., p. 439.
  15. Barrelet/Egloff, Das neue Urheberrecht, 3rd ed. (2008), Art. 27 (4).
  16. Fanny Ambühl and Stephan Beutler: Fotografieren verboten! – Zum Spannungsverhältnis von Urheber- und Eigentumsrecht im Fotografiebereich. In: recht. 2011, pp. 14–19, p. 18; Macciacchini/Oertli, Handkommentar Urheberrechtsgesetz, 2nd ed. (2012), Art. 27 (6); Barrelet/Egloff, Das neue Urheberrecht, 3rd ed. (2008), Art. 27 (4).
  17. Against applicability to station halls: Rehbinder/Viganó, URG, 3rd ed. (2008), Art. 27 (2). In favor: Macciacchini/Oertli, Handkommentar Urheberrechtsgesetz, 2nd ed. (2012), Art. 27 (6) (also to “park pavilions, shopping arcades and malls”); Fanny Ambühl and Stephan Beutler: Fotografieren verboten! – Zum Spannungsverhältnis von Urheber- und Eigentumsrecht im Fotografiebereich. In: recht. 2011, pp. 14–19, p. 18 (also to shopping arcades for both “do not constitute an interior space in the current language”).
  18. Cherpillod, Urheberrecht und verwandte Schutzrechte, 1995, p. 300; Macciacchini/Oertli, Handkommentar Urheberrechtsgesetz, 2nd ed. (2012), Art. 27 (6); Sandro Macciacchini: Die unautorisierte Wiedergabe von urheberrechtlich geschützten Werken in Massenmedien. In: sic! 1997, pp. 361–371, p. 369; Fanny Ambühl and Stephan Beutler: Fotografieren verboten! – Zum Spannungsverhältnis von Urheber- und Eigentumsrecht im Fotografiebereich. In: recht. 2011, pp. 14–19, p. 18; Rehbinder/Viganó, URG, 3rd ed. (2008), Art. 27 (2); Hilty: Urheberrecht, 2011, p. 210.
  19. Barrelet/Egloff, Das neue Urheberrecht, 3rd ed. (2008), Art. 27 (5); Macciacchini/Oertli, Handkommentar Urheberrechtsgesetz, 2nd ed. (2012), Art. 27 (9); Renold/Contel in Werra, Gilliéron, Propriété intellectuelle, 2013, LDA Art. 27 (6); Rehbinder/Viganó, URG, 3rd ed. (2008), Art. 27 (3) («erkennbar absichtlich dauerhaft an oder auf öffentlich zugänglichem Grund»).
  20. Macciacchini/Oertli, Handkommentar Urheberrechtsgesetz, 2nd ed. (2012), Art. 27 (9) («Werke, die sich für unbestimmte Zeit an dem für sie bestimmten Ort befinden [...] Massgeblich ist die zeitliche und örtliche Bestimmung [...] aufgrund der objektiv erkennbaren Widmung durch den Rechtsinhaber»); Rehbinder/Viganó, URG, 3rd ed. (2008), Art. 27 (3) («[...] erkennbar absichtlich dauerhaft an oder auf öffentlich zugänglichem Grund befindet»); similar though apparently based on subjective intent: Dessemonet, La propriété intellectuelle et les contrats de licence, 2nd ed. (2011), marginal no. 153 («A notre sens, le critère décisif est l’intention de laisser l’oeuvre en question durablement sur la voie publique»); Hilty: Urheberrecht, 2011, p. 210 («unbestimmte Dauer»).
  21. Barrelet/Egloff, Das neue Urheberrecht, 3rd ed. (2008), Art. 27 (5); possibly Fanny Ambühl and Stephan Beutler: Fotografieren verboten! – Zum Spannungsverhältnis von Urheber- und Eigentumsrecht im Fotografiebereich. In: recht. 2011, pp. 14–19, p. 18.
  22. In favor: Barrelet/Egloff, Das neue Urheberrecht, 3rd ed. (2008), Art. 27 (5); Macciacchini/Oertli, Handkommentar Urheberrechtsgesetz, 2nd ed. (2012), Art. 27 (9) (because they are temporary in nature as the creators intentionally limited the duration of their public presentation to a level below their ordinary life expectancy); Fanny Ambühl and Stephan Beutler: Fotografieren verboten! – Zum Spannungsverhältnis von Urheber- und Eigentumsrecht im Fotografiebereich. In: recht. 2011, pp. 14–19, p. 18. Ineligible: Rehbinder/Viganó, URG, 3rd ed. (2008), Art. 27 (4); Hilty: Urheberrecht, 2011, p. 210 (because the artist’s intent is the temporary display); Mosimann in Mosimann/Renold/Raschér, Kultur. Kunst. Recht, 2009, p. 596.
  23. Macciacchini/Oertli, Handkommentar Urheberrechtsgesetz, 2nd ed. (2012), Art. 27 (9) (because it is well-known that they are replaced/removed on a regular basis); Dessemonet, La propriété intellectuelle et les contrats de licence, 2nd ed. (2011), marginal no. 153 (posters presented for one or two weeks); Cherpillod, Urheberrecht und verwandte Schutzrechte, 1995, p. 299.
  24. Barrelet/Egloff, Das neue Urheberrecht, 3rd ed. (2008), Art. 27 (5) (snow and ice sculptures); Macciacchini/Oertli, Handkommentar Urheberrechtsgesetz, 2nd ed. (2012), Art. 27 (9) (chalk paintings on streets or the sculpture ‚A WAY‘ by Simone Zaugg that was made of sugar); Hilty: Urheberrecht, 2011, p. 209 (chalk paintings).
  25. Uncontested, see e.g. Rehbinder/Viganó, URG, 3rd ed. (2008), Art. 27 (2).
  26. Macciacchini/Oertli, Handkommentar Urheberrechtsgesetz, 2nd ed. (2012), Art. 27 (13a); Barrelet/Egloff, Das neue permissible, 3rd ed. (2008), Art. 27 (6); more restrictive: Cherpillod, Urheberrecht und verwandte Schutzrechte, 1995, p. 300 (depiction must not modify the original work).
  27. Denis Barrelet; Willi Egloff () (in German) Das neue Urheberrecht (3rd ed.), Bern: Stämpfli, p. 33 ISBN: 978-3-7272-9563-8. "Hingegen geniessen Briefmarken Urheberrechtsschutz, da sie keine Zahlungsmittel sind und auch sonst unter keine Ausnahmebestimmung fallen"
Attention : la description ci-dessus peut être inexacte, incomplète ou obsolète, elle doit donc être traitée avec prudence. Avant de déposer un fichier sur Wikimedia Commons, vous devez vous assurer qu’il peut être utilisé librement. Voir aussi : Commons:Avertissements généraux